Information

Ce site est en constante évolution et lorsque des articles sont en travail, ils sont signalés en début de page....




Accueil » Rôles et spécificités » Rôle spécifique de l'ergothérapeute

Domaines de l'occupation humaine


En tant qu'ergothérapeutes, nous sommes des spécialistes des occupations humaines, au sens large,et notamment du lien entre l'activité humaine et la santé. Comment cette définition de notre pratique peut-elle s'inscrire dans le domaine de la santé mentale, psychiatrie ou psychologie clinique, selon le terme que nous pouvons employer? Quel est le lien entre l'occupation humaine et la "bonne" santé mentale? Il semble peut-être important de définir le terme d'occupation humaine pour ensuite pouvoir déterminer quelles sont nos domaines d'interventions principaux et voir comment ils nécessitent quelques nuances et adaptations dans le secteur de la "psy". Par contre, je ne me hasarderais pas à tenter de définir la "bonne" santé mentale...


Occupations humaines

La notion d'occupation est une terminologie qui nous vient de l'autre côté de l'atlantique et qui se réfère encore pour nous Européens, à une dimension souvent vécue comme restrictive voir péjorative. En effet, la notion d'occupation demeure liée à une vision réductrice de notre métier, comme étant une "simple" occupation de la personne, pour combler un vide ou calmer les personnes agitées. De plus, il faut se souvenir que c'est du côté de la psychiatrie que la notion d'occupation qui soigne et fait du bien à l'âme a trouvé son origine. Cette notion d'occupation venait répondre à un besoin souvent plus sociétal que destiné à la personne elle-même. (voir histoire ancienne )

La démarche initiale consistant à utiliser les activités pour soigner l'âme de la personne et redonner du sens à sa vie est donc très ancienne dans l'histoire de nos civilisations. Ce qui nous semble à présent une simple occupation était alors une démarche spirituelle. "Quelques notes d'un ancien document de l'Égypte antique (document connu sous le nom de Papyrus Ebers) semble décrire certains déficits de concentration et de l'attention, ainsi qu'une détresse émotionnelle en provenance du c½ur et de l'âme". "Le premier hôpital psychiatrique est fondé à Bagdad en l'an 705, et les asiles psychiatriques ont été bâtis à Fès au début du VIIIe siècle, au Caire en l'an 800 ainsi qu'à Damas et Alep en l'an 1270. Les patients étaient bénévolement traités à l'aide de bains, médicaments, musiques et autres activités thérapeutiques".(Wikipédia: histoire des troubles mentaux).

Il existe différentes classifications de ces occupations. Certaines classifications proposent de regarder les activités de repos, de travail, de loisir. Ann Fischer propose deux grandes catégories: les activités personnelles de vie quotidienne et activités instrumentales. (Dans le cadre du AMPS: Assessment of motor and process skill). Le modèle canadien (MCREO) quand à lui, se centre sur les trois domaines des soins personnels, de la productivité et des loisirs. Ce sont ces domaines que nous allons évaluer à travers des bilans, lors de l'entretien d’accueil et pendant les séances. Cette classification devient de plus en plus utilisée et reconnue, à peu près dans tous les types d'exercice thérapeutique (fonctionnel, neurologique, psychiatrique, traumautique, etc...) où nous intervenons.Je m'appuierais donc sur cette classification en 3 points,mais avec des mots qui ne sont peut-être pas totalement ceux du MCREO.



Activités productives

  • Liées au travail
  • Liées aux études
  • Toute activité rémunérée
  • Entretien du ménage
  • Cuisine
  • Bénévolat

Activités de loisirs
  • Loisirs actifs
  • Loisirs "tranquilles"
  • Loisirs culturels
  • Loisirs associatifs
  • Loisirs expressifs


Activités de soins personnels
  • Hygiène personnelle
  • Façon de s'alimenter
  • Se soigner
  • Prendre soin de sa santé physique
  • Prendre soin de soi sur le plan psychique




Domaines d'intervention en ergothérapie


Nous pouvons donc nous appuyer sur cette classification pour déterminer dans quel champ ou domaine d'intervention nous allons nous situer. Selon les lieux où nous allons travailler nous pourrons nous orienter vers l'une ou l'autre de ces catégories. Nous allons pouvoir intervenir dans ces différents domaines à l'aide de différents outils: bilans, éducation thérapeutique, exercices de remédiations cognitives, activités à visée d'autonomie, en milieu artificiel et dans des milieux les plus écologiques possibles. Ce type de travail vise à une autonomie, une efficacité et une satisfaction de la personne dans tous les domaines des activités humaines. Ce niveau de travail engage les notions de volonté, de choix conscient, de motivation, de décision, d'action sur la réalité, d'entrainement ou de ré-entrainement. Nous sommes dans les domaines de la ré-éducation, de la ré-adaptation, souvent plutôt nommée ré-habilitation en psychiatrie et psychologie médicale, de l'adaptation sociétale. Le MOHO et le MCREO sont des références possibles de ce type d'intention thérapeutique.(voir modèles appliqués à l'ergothérapie)

En santé mentale, psychiatrie et psychologie médicale, nous pouvons nous référer aussi à ces domaines d'intervention, en fonction des besoins, demandes et désir des patients. Toutefois, des nuances seront à apporter. Ainsi se centrer sur les AVQ lorsqu'une personne ne les pratique plus parce qu'elle est momentanément déprimée, ne se révèle pas pertinent. De même, entrer dans la sphère intime d'un patient (toilettes, hygiène corporelle, etc...) n'est guère souhaitable si par ailleurs nous proposons une thérapie utilisant l'expression. Il est donc important de bien distinguer les niveaux sur lesquels nous proposons de travailler et de réfléchir aux implications que cela amène, en particulier dans le domaine de la psychose.

Il est important de ne pas confondre les activités au sens des occupations humaines et les activités/médiations thérapeutiques. Nous pouvons en effet, utiliser certaines des activités citées ci-dessus, comme activités durant notre intervention en vue d'un entrainement dans telle ou telle activité de vie quotidienne, mais il peut-être aussi très pertinent de proposer à la personne de découvrir des activités/médiations autres que celles de sa vie quotidienne, justement pour se décaler de ce qui est connu et entrer dans des découvertes. Les activités/médiations, utilisées en thérapie peuvent sembler parfois, se rapprocher des activités créatives de loisirs permettant de s'exprimer, de techniques de bien-être, ou même encore de développement personnel. Mais il convient de ne pas oublier qu'une activité/médiation thérapeutique n'a de sens que si elle est inscrite dans un cadre précis et surtout dans une relation thérapeutique. Aucune activité n'a en elle-même de vertu thérapeutique. Et pourtant, il suffit de voir fleurir les carnets dits d'art-thérapie où le coloriage de mandalas acquiert tout à coup une vertu quasi magique de détente, pour comprendre que notre société a besoin de cette illusion d'un travail sur soi-même fait d'une manière individualiste. Un travail thérapeutique se fait avec un(e) thérapeute.

L'orientation psycho-dynamique, va se centrer très clairement sur le domaine des soins personnels, au sens de prendre soin de soi sur le plan psychique, pour s'exprimer, créer et donner du sens à sa vie. Dans ce domaine nous serons aussi vigilants à limiter les tentatives de normalisation pour des personnes déjà souvent stigmatisées et en difficulté de reconnaissance de leur souffrance. Il est important aussi de nous interroger non pas sur l'adaptation à tout prix de la personne à la société mais sur les richesses et ressources de cette personne, voir même sur ce qu'elle peut amener d'interrogations et de remise en question dans nos pratiques et nos façons d'être. Le doute et le questionnement demeurent des voies de travail à pouvoir utiliser et supporter en "psy"...




Les écrits de ce site sont la propriété intellectuelle de sa créatrice et n'engagent qu'elle.
Il est possible d'utiliser tout ou partie des élaborations proposées, en citant vos sources.
Merci d'avance d'en respecter l'esprit.




| |
Ergopsy - 2015
Infos légales