DECOUVERTESQUESTIONNAIRE ***Journée en santé mentaleExposition virtuelleErgo et sommeilA lire, à découvrirDes sites à visiter COTE CORPSEnregistrements séancesUne pratique intégrativeProcessus thérapeutiquesHypnose et douleurLa pleine conscienceEducation santé NPPPENSER SA PRATIQUEEtre ergo en psyGRESM et livre blancMéditations personnellesModèles conceptuelsSoin/thérapie psychique Côté psycho-dynamiqueModèles en ergothérapie ENSEIGNEMENT Enseigner l'ergo en psyCours IFE NancyCours IFE AlençonMétaphores scolairesMémoiresMémoires ergos Mémoires ergos psychoseQuestionnaires ergoDISPOSITIF THERAPEUTIQUEPourquoi et comment? Relation thérapeutiqueCadre thérapeutique Activités et médiationsAnalyses réflexivesAnalyses de pratiques Analyse d'activitésAnalyse d'ateliersStructurer la thérapieDispositif institutionnelProcessus d'interventionDonner du sens Objectifs ou processus? Co-construire des objectifsProcessus thérapeutiquesCLINIQUEHistoires ou cas cliniques?Structures et personnalitésPathologiesAu cinémaEn addictologieLettre oubliée Addictologie et ETPAtelier d'écriture Obésité et TCAEn chirurgie bariatriqueArticle ETP By passCongrès 2021 du GROSDES PRATIQUESJouer Cadre et analysesExpression Des squigglesRessources-compétencesEmotionsAutonomie Jeu de la maisonWebinaire ANFE 2021Vivre ses émotionsThéories Des pratiques en PsyRéhabilitationGroupe Autonomie-Projets Description et évolutionPetites histoiresGroupe ressourcesDeltamorphosesEn milieu ferméUn espace thérapeutiqueHistoire d'espacesFORMATIONS Formations JEUX Formation EMOTIONSAutres professionnels
Information

Ce site est en constante évolution et lorsque des articles sont en travail, ils sont signalés en début de page....




Accueil » Groupe Autonomie-Projets » Petites histoires

Création du site Schizo-quoi?

Création du site Schizo-quoi? Zoom sur Création du site Schizo-quoi?

Le 15 juillet 2021 est né le site schizo-quoi? Mais...le 23 Septembre 2021 , le site schizo-quoi a été retiré du net...une belle aventure que Jimmy a décidé de ne pas prolonger, souhaitant se recentrer sur sa vie personnelle.Voici donc l'histoire de cette création qui demeure un travail intéressant et une expérience enrichissante pour le groupe, Jimmy et moi-même. Il reste le questionnaire sur la schizophrénie proposé par Jimmy qui est accessible ICI.


Ce site avait donc été totalement crée et codé par l'un des participants du groupe Autonomie et projets, Jimmy C. Au cours de sa formation de webmaster, il s'est rendu compte qu'il souhaitait programmer et créer des sites, mais qu'être embauché dans ce domaine ne lui permettrait pas d'avoir la liberté de créer à sa façon. Il a donc décidé de créer un site sur la schizophrénie, afin d'aider les personnes qui en souffrent, pour leur permettre de pouvoir trouver des informations, mais aussi entrer en contact avec d'autres personnes et de pouvoir échanger. Le partage d'expériences créatives fait aussi partie des intentions de ce site, ainsi que des jeux cognitifs. Enfin, l'écriture de l'expérience personnelle du vécu de cette pathologie aurait pu permettre de donner une autre image du vécu des personnes qui en souffrent, permettant ainsi de déstigmatiser ce trouble psychique.


Chronologie
Les premières étapes ont été de créer la structure du site en lui-même pouvant ensuite accueillir le contenu. Jimmy souhaitait intégrer un forum dans ce site ainsi qu'un partage possible d'expériences. Cette étape de construction a donc été assez longue et se poursuit toujours pour ajouter des fonctionnalités progressivement.

"En ce qui concerne la chronologie de la création du site, je me suis d'abord occupé du squelette du site en faisant en premier lieu toute la partie authentification et forum. J'ai ensuite ajouté des informations que j'avais regroupées à partir de plusieurs sites et de mes connaissances. J'ai commencé par la maladie puis les aides et enfin la cognition. J'ai remarqué que la page Maladie était la page d'accueil ce qui n'est pas bon alors j'ai ajouté une page d'accueil. Après je me suis intéressé à ajouter quelques tests cognitifs." Jimmy C.


Maladie
Jimmy C avait travaillé sur une simplification volontaire des signes de la maladie. Il fait également des liens avec d'autres sites ou blog, permettant de découvrir les signes avants coureurs ou déjà bien installés parfois. Il est à noter que lors des discussions dans le groupe AP, des personnes ont évoqué le fait qu'elles avaient fait des recherches sur internet et l'un des participants s'était même "diagnostiqué" avant que les médecins lui en parlent...

L'importance de ce qui est inscrit sur internet n'est pas à démontrer et de nombreuses personnes y passent beaucoup de temps! L'alliance thérapeutique avec Jimmy nous permet de travailler ensemble mais c'est lui qui choisissait, en dernier ressort, ce qu'il intègrait dans son site.


Création et auto-stigmatisation
Une séance de créations collectives a eu lieu, donnant l’occasion de se demander ce que l'on pouvait donner à voir aux autres ou pas.

Nous avons donc réalisés en groupe des squiggles (dessins collectifs circulant entre els personnes). ces dessins donnent l'occasion de jouer ensemble, de mettre ensuite des titres, de raconter une histoire reliant les dessins ou d'en faire un puzzle géant collectif, support lui aussi de paroles. Ce type de jeux permet coopération et parole, sentiment de narcissisme groupal positif et de création possible.

Une fois les dessins terminés, la question de leur devenir s'est posée: en faire un fond décoratif dans le site? Les exposer comme des créations collectives? Ou autre chose? L’aspect enfantin des dessins a poussé les participants à discuter de la façon dont ils allaient être perçus par les personnes lisant le site. Cela a commencé à faire émerger des questionnements autour de la façon dont les personnes souffrant de troubles psychique pouvaient être perçus dans la société. Et la décision a été prise de ne pas insérer ces dessins dans le site, jugés comme trop enfantins et risquant de renforcer une fausse image des personnes en souffrance. Il est à noter que cet auto-jugement est largement soutenu par notre société et sa stigmatisation...tout un travail à faire encore.


Témoignages
Le premier témoignage a été celui de Jimmy. Le second a été celui d'un autre participant. Mais les autres personnes ont indiqué qu'il leur semblait compliqué de parler d'eux de façon libre.

Jimmy a donc créé un questionnaire d'une dizaine de questions et nous avons alors proposé de lancer cette catégorie "témoignages" en proposant des interviews durant les séances. Deux séances ont été nécessaires au recueil des témoignages. J'ai donc assuré le rôle de secrétaire, laissant le soin à Jimmy de trouver sa façon d'interviewer les participants, en rebondissant sur ce qu'ils disaient ou en les laissant parler.

Les questions de Jimmy ont permis aux autres personnes de se lancer dans une parole plus aisée et plus guidée. Et les discussions ont été passionnantes, à tel point que l'un des participants, habituellement en mode un peu "désintéressé", n'a pas vu le temps passé, gage d'une séance intéressante.

La question sur le miroir social autour de la schizophrénie s'est révélée très pertinente et a bien démontré à quel point ce miroir est vécu comme néfaste et négatif. La peur du "schizophrène avec un couteau" montre comment une société peut désigner des personnes comme dangereuses et stigmatiser ainsi des personnes en souffrance psychique. Lorsque l'on sait que le pourcentages de personnes commettant des délits graves est proportionnellement plus importants dans la population dite normale, nous constatons que la lumière mise sur la pathologie vient brouiller notre vision.

La question sur la facette la moins appréciée de maladie, au sens des répercussions, montre à quel point le manque de motivation gène les personnes elles-mêmes, car ce manque de motivation s’inscrit aussi dans des activités plaisantes pour eux.

L'utilisation de ce questionnaire lors des séances a été un moment très important. Nous nous approchons là de la psycho-éducation, mais à la façon des personnes impliquées elle-même dans cette souffrance psychique. Ce qui semble très intéressant est justement la possibilité d'indiquer que le questionnaire vient d'une personne concernée par la schizophrénie et qui a d'ores et déjà pu la mettre à distance et avoir un regard dessus, ce que l'on nomme la méta-position. Utiliser ce questionnaire indique donc qu'il est possible de trouver un équilibre pour soi, d'en parler et de faire preuve de capacités personnelles, d'auto-détermination et de coopération groupale.

Les écrits de chaque personne ont donc été notés soigneusement, retapés sur ordinateur et surtout donnés aux participants. Ce travail étant évoqué lors des réunions de synthèse, une demande a été faite de pouvoir accéder à ces témoignages. L’adresse du site a donc été communiquée aux thérapeutes avec l’accord de Jimmy. Nous nous sommes également posée la question de donner le témoignage écrit aux thérapeutes, pour finalement opter pour le fait de donner à chacun trois exemplaires de sa parole. C'est donc à chaque participant de décider à qui il souhaite le donner dans le cadre de la thérapie. Une nouveauté pour l’ergothérapeute...


Des raisons financières ont été, malheureusement, la cause de l'arrêt du site, et peut-être aussi le fait que le forum n'avait pas démarré, aucune personne ne s'étant inscrite. Une déception, une expérience, un moment de partage...








| |
Ergopsy - 2015
Infos légales