Information

Ce site est en constante évolution et lorsque des articles sont en travail, ils sont signalés en début de page....




Accueil » Co-construire des objectifs » Objectifs, intentions et projet de vie

En ergothérapie

En ergothérapie Zoom sur En ergothérapie
Nos objectifs ou intentions thérapeutiques doivent donc être respectueux des objectifs du patient, de son projet de vie Ils doivent aussi être cohérents avec les objectifs/intentions institutionnels (voir objectifs de qui?)

Nous partageons certains objectifs avec d'autres thérapeutes, que nous pouvons nommer objectifs transversaux, tels que l'observation, l'utilisation de la relation  thérapeutique et la présence de cadres et méta-cadres thérapeutiques.

Mais nous avons également des objectifs plus spécifiques, propres à notre pratique, par l'utilisation d'une activité/médiation et variables selon  le travail pratiqué, entre soin psychique et réhabilitation.





Des objectifs transversaux

Nous partageons, avec les autres thérapeutes, des objectifs/intentions transversaux, que l'on pourrait qualifier de globaux et à partir desquels nous pourrons échanger lors des réunions de synthèse: la mise en place d'une relation thérapeutique après une première rencontre, l'observation des symptômes et comportements visibles, la mise en place d'un cadre thérapeutique cohérent, bien intégré à l'institution et dont les intentions thérapeutiques peuvent être explicités clairement dans des projets ou fiches de présentation.

  • L'un de nos premiers objectifs/intentions consiste à établir une relation. En ergothérapie, cette relation sera particulière au sens où elle va être médiatisée, c'est à dire s'appuyer sur l'utilisation d'une activité, d'une médiation, la plupart du temps concrète, artisanale ou créative. Notre savoir faire (l'activité et la créativité) sera donc important, mais notre savoir être le sera encore plus. Savoir entrer en relation juste, empathique et authentique avec une personne, sera donc l'une de nos première interventions. Les outils des Humanistes (Rogers et Porter) ayant développé la relation d'aide peuvent nous être utiles; outils tels que la reformulation et la réflexion sur nos propres attitudes. En effet, l'un de nos principaux "outils" de thérapie, sera donc...nous-même...En psychiatrie et psychologie médicale, il sera donc légitime, pertinent, voir nécessaire de travailler cet "outil", de l'analyser, de le développer...Tout cela peut s'inscrire dans une supervision ou une thérapie personnelle.(voir relation thérapeutique). En ergothérapie, notre spécificité dans ce domaine, sera de proposer une relation médiatisée.
  • L' observation est également un objectif/intention global et commune à tous les thérapeutes. Elle se fait à l'accueil et lors des séances d'ergothérapie. Cette observation est redonnée à toute l'équipe soignante lors des réunions de synthèse. L'observation est toujours subjective et objective. Cette capacité d'observation est fondamentale, mais ne doit jamais devenir un saisissement du sujet comme objet expérimental d'observation. L'observation de la façon d'être, de la personnalité, des signes cliniques et des processus pathologiques sont importants, mais sans oublier l'observation des capacités restantes et utilisables par la personne, de ses possibilités, de ses désirs, besoins et demandes. Des bilans peuvent être utilisés si nécessaire. C'est l'étape préalable pour pouvoir proposer des objectifs/intentions thérapeutiques cohérents et proposer une aide au diagnostic, qui n’est pas toujours posé au départ.
  • Enfin, chaque thérapeute doit être capable de poser son cadre thérapeutique, dans lesquels il ou elle utilisera les moyens adéquats, cohérents avec les objectifs du patient, avec ceux de l'institution et les siens propres. Nous sommes des spécialistes des activités, mais surtout de la personne en activité et nous utilisons donc une relation médiatisée. L'un de nos premiers objectifs est donc de pouvoir organiser un dispositif thérapeutique cohérent et intégré à l'institution. Il nous faut donc connaitre, pratiquer, analyser les médiations thérapeutiques que nous envisageons de proposer, pour savoir quelles seront les fonctions thérapeutiques de la médiation les plus pertinentes à proposer. Enfin il faut savoir poser, protéger et garantir l'existence d'un cadre solide et stable. C'est en connaissant bien nos moyens thérapeutiques que nous pourrons poser des objectifs clairs ou laisser se déployer des processus thérapeutiques dans ce dispositif.


Des intentions plus spécifiques


Certains objectifs seront quant à eux, spécifiques à l’ergothérapie. Ils peuvent être posés au départ comme ligne directrice mais aussi révisables, et surtout, ils doivent être négociés avec le patient. Idéalement, nous devrions aider le patient à formuler ses propres objectifs en indiquant quels sont les moyens thérapeutiques que nous pouvons lui proposer pour l'aider à aboutir à son projet de vie. Nous ne devrions pas décider à la place de la personne de ce qui est bon pour elle...Dans la réalité d'une prise en charge, il peut y avoir des objectifs à l'infini, puisqu'ils sont ceux du patient que nous ne pouvons finalement ni prévoir à l'avance, ni contrôler. (voir objectifs de qui?) 

Lors de l'enseignement pour les études de cas, nous sommes dans une dimension totalement artificielle qui peut nous conduire à l'illusion que nous pouvons poser des objectifs, tranquillement dans notre coin, et nous attendre, en plus, à ce que le patient ait la gentillesse d'y "adhérer". Se souvenir que nous raisonnons de manière théorique pour ordonner et clarifier notre pensée, n'est sans doute pas à négliger et en tout cas, à rappeler aux étudiants (et à nous parfois aussi...). Personnellement, je ne compte plus le nombre de fois où, ayant prévu de beaux objectifs bien ficelés, le ou la patiente ne venait pas ce jour là, refusait de "s'y plier", ou ramenait dans une réalité beaucoup plus modeste et humble, mes prétentions thérapeutiques. C'est en grande partie pour cela que je préfère le terme d'intention au terme d'objectif. Mais c'est sans doute un léger détail de vocabulaire...


L'avantage de raisonner en termes d'objectifs est de pouvoir partager ensuite cela avec les autres thérapeutes, pour tenter de trouver un fil conducteur à nos interventions multiples. Il est important de déterminer quel est l'objectif/intention principal pour chaque personne, en décliner 2 ou 3 plus secondaires et de ne pas les multiplier à l'excès. Les objectifs/intentions thérapeutiques peuvent être présentés sous forme de projet à court terme, à moyen terme et à long terme. Le choix de tel ou tel angle de vue va dépendre avant tout, des besoins du patient, de ses capacités à introspecter ou non, de ses demandes. Ensuite, cet angle de vue va varier selon les institutions, projets de service, demandes et prescriptions médicales. Enfin, notre philosophie personnelle va incliner vers l'un ou l'autre de ces points de vue. Celui de ce site est très clairement centré sur le point de vue psycho-dynamique... (voir fonctionnement institutionnel )

Selon l'angle de vue sous lequel nous allons aborder la situation thérapeutique, nous pourrons donc proposer des objectifs différents, mais aussi complémentaires pour certains, parfois aussi proches ou même qui peuvent se recouper.L'idéal serait de pouvoir avoir une vision holistique du patient, et donc couvrant tous ces points du vue. La réalité fait que cela n'est pas toujours possible, car "digérer" réellement et pleinement l'un de ces angles de vue, nécessite un travail d'appropriation long et approfondi, au risque sinon, de survoler, grappiller des idées et utiliser des outils sans vraiment en saisir la portée. Il est parfois préférable que plusieurs styles de thérapeutes "co-habitent" ensemble pour offrir différents points de vue, raisonnablement pas trop éloignés les uns des autres. Et nous voyons là toute la richesse du travail en équipe, mais aussi toute la difficulté. Les réunions de synthèse et de fonctionnement institutionnel permettent alors, de communiquer sur nos points de convergence ou de divergence.

Le choix a été fait ici, de regrouper les objectifs/intentions thérapeutiques plus spécifiques à l'ergothérapie, dans 4 grandes dimensions: cognitive et comportementale, psycho-affective, d'amélioration de la qualité de vie quotidienne et dimension groupale. Cette classification est proposée pour tenter de trouver une organisation. Dans les articles sur les pathologies, ces dimensions seront explorées et adaptées à chaque pathologie. Ces 4 dimensions nous offrent des angles du vue différents, autour des différentes occupations humaines. Cette classification tient compte également du modèle bio-psycho-social (le domaine psychique proposant deux aspects, cognitif et psycho-affectif) et des deux grandes orientations thérapeutiques, le soin psychique et la réhabilitation ("traductions" en psy des deux aspects de notre métier de rééducation et de réadaptation).

  • Le soin psychique:
    Selon la philosophie de soin de l'ergothérapeute mais aussi et surtout en fonction des capacités et intentions de patients, nous proposerons de travailler sous un angle ou l'autre
    • Objectifs du coté psycho-dynamique, Plus nous proposons de créer, de se découvrir, de s'exprimer librement sur soi et son ressenti, moins nous sommes directifs, plus nous nous approchons du psycho-dynamique. Les intentions sont différentes et les outils souvent aussi. Le travail sera centré sur l'expression de soi, l'introspection concrète. La thérapie sera individuelle ou groupale (voir modalités de thérapie), permettant alors l'utilisation de la dynamique de groupe (narcissisme groupal étayage groupal, illusion groupale), ou la création d'un inconscient groupal dans le cadre des groupes fermés. (voir lien 3)
    • Objectifs du côté cognitivo-comportemental: Plus nous proposons des protocoles, des bilans, des "normalisations" de comportement, des adaptations à la réalité, des changements volontaires et conscients, plus nous serons proches des TCC. Lorsque les patients n'ont que peu de capacités d'introspection ou ne souhaitent pas s'engager dans une compréhension de leur fonctionnement interne, alors nous serons dans les domaines de l'action, de la volonté, des solutions, de la valorisation d'un changement de comportement. (voir lien 2 )


  • La réhabilitation

    • Objectifs d'amélioration de la qualité de vie quotidienne et d'autonomie: nous serons alors proches des intentions plus classiquement fonctionnelles de l'ergothérapie, qui propose de remettre l'homme en action dans ses occupations au sens le plus large et le plus noble du terme. Ce type de travail vise à une plus grande autonomie de la personne dans sa vie quotidienne, au fait de retrouver plaisir, engagement et motivation dans ses activités personnelles et de pouvoir identifier son projet de vie. (voir lien 1)
    • Objectifs autour de la dimension groupale, autour des habiletés sociales: Ce type d'objectifs permet d'évaluer les capacités à être en groupe et de proposer un travail de socialisation progressif. Il faut bien distinguer l'être en groupe, seul en présence des autres, les projets de groupe, de type coopératif, le sentiment d’utilité et d'intégration sociale  (voir lien 4)


    Les écrits de ce site sont la propriété intellectuelle de sa créatrice et n'engagent qu'elle.
    Il est possible d'utiliser tout ou partie des élaborations proposées, en citant vos sources.
    Merci d'avance d'en respecter l'esprit.





| |
Ergopsy - 2015
Infos légales