rencontres soignantesEnregistrements séancesMEMOIRESAppel à projetQuestionnaire doctorantsQuestionnaires ergoMémoires ergos Mémoires ergos psychoseENSEIGNEMENT Enseigner l'ergo en psyCours IFE NancyMétaphores scolairesPENSER SA PRATIQUEEtre ergo en psyHistorique et définition Méditation groupale en 2015Ergothérapie intégrative 2018Que font les ergos? 2020Des livres GRESM et livre blancMéditations personnellesModèles conceptuelsDu soin psychique Côté psycho-dynamiqueModèles en ergothérapie DISPOSITIF THERAPEUTIQUEPourquoi et comment? Relation thérapeutiqueCadre thérapeutique Activités et médiationsAnalyses réflexivesAnalyses de pratiques Analyse d'activitésAnalyse d'ateliersStructurer la thérapieDispositif institutionnelProcessus d'interventionDonner du sens Objectifs ou processus? Co-construire des objectifsProcessus thérapeutiquesCLINIQUEHistoires ou cas cliniques?Structures et personnalitésPathologiesAu cinémaEn addictologieLettre oubliée Addictologie et ETPAtelier d'écriture DES PRATIQUESJouer Cadre et analysesCognition et compétitionExpression et coopérationDes squgigglesVivre ses émotionsDes pratiques en PsyEn chirurgie bariatriqueRéhabilitationGroupe Autonomie-Projets Jeu de la maisonDeltamorphosesEn milieu ferméUn espace thérapeutiqueHistoire d'espacesCOTE CORPSUne pratique intégrativeModalités et indicationsProcessus thérapeutiquesLa pleine conscienceFORMATIONS Formations ANFE Formation IFE NancyAutres professionnelsDECOUVERTESA lire, à découvrirDes sites à visiter
Information

Ce site est en constante évolution et lorsque des articles sont en travail, ils sont signalés en début de page....




Accueil » Etre ergo en psy » Méditation groupale en 2015

Et le patient dans tout cela?

Et le patient dans tout cela? Zoom sur Et le patient dans tout cela?


Le principal concerné reste le patient. Un patient, surtout le « fameux schizophrène », que notre société peine toujours autant à accueillir dignement: il est volontiers associé à l’image de violences meurtrières véhiculées par les médias au travers de multiples fictions ou de la spectacularisation de faits divers aussi regrettables qu’exceptionnels.

Or la quasi-totalité des meurtres sont perpétrés par des individus considérés en bonne santé psychique, tandis que les personnes en souffrance psychique ont quatorze fois plus de risques d’être victime d’abus et de violence que le reste de la population.


L’hôpital et ses soignants sont pris dans un réseau d’injonctions contradictoires : garder sous clefs ces citoyens si dangereux et perturbants (et retrouver ainsi l’un de ses rôles historiques) tout en réduisant les coûts et donc la durée des hospitalisations.


Heureusement des facteurs plus positifs encouragent le mouvement vers la sortie du système hospitalier : le développement du secteur médico-social et de l’empowerment. Ce terme désigne la participation croissante de la population et des malades aux décisions de santé les concernant. Promouvoir la santé des usagers et surtout leur donner des moyens d’être autonomes, de décider, de choisir ouvre une voie plus collaborative avec les familles, ce qui sous-tend, bien sûr, que les soignants acceptent de diminuer leur pouvoir sur le patient.


Ces derniers sont de mieux en mieux informés, leur famille aussi, parfois même mieux que les soignants. Ils sont en voie d'organisation et les associations de familles, au niveau national, pèsent sur les décisions et les projets de lois. (Sièges dans les instances des établissements de santé, loi sur le handicap 2005...).

Coutumiers de la recherche d’autonomie, les ergothérapeutes peuvent s’inscrire « naturellement » dans ce secteur de la prévention et de la collaboration.
Il nous reste un vaste chantier...




Les écrits de cette section sont la propriété intellectuelle

de sa créatrice et des co-signataires de l'article

qui a été la base principale de ce travail





| |
Ergopsy - 2015
Infos légales