Information

Ce site est en constante évolution et lorsque des articles sont en travail, ils sont signalés en début de page....




Accueil » Etre e(R)go » Savoir être et savoir faire

Etre ou ne pas être (psycho) dynamique

Etre ou ne pas être (psycho) dynamique Zoom sur Etre ou ne pas être (psycho) dynamique
A bien lire la définition de l'OMS, la dimension psycho-dynamique, longtemps la principale enseignée dans les IFE, ne semble plus guère trouver sa place. Des ergothérapeutes, peut-être en quête d'identité, ou d’approfondissement, ou de spécialisation, glissent vers d'autres métiers art-thérapeutes, psychologues, psychanalystes. Mais s'agit-il uniquement d'un glissement vers d'autres métiers ou d'une transformation du nôtre? S'agit-il, d'un nouveau clivage qui se dessine cette fois, non plus entre fonctionnel et psychiatrie, mais entre les thérapeutes ½uvrant en santé mentale et se référant à des modèles de TCC ou psychodynamiques?

Evolution du métier ou clivage, dans les deux cas une clarification des concepts à l’½uvre dans cette évolution est nécessaires, tant du côté de l'évolution du soin (voir paradigmes du soin ) que de la clarification de nos modèles de référence. (voir modèles inter-disciplinaires). C'est à ce prix d'un travail de conceptualisation que nous pourrons alors, développer de plus en plus de modèles applicables à l'ergothérapie. (Voir modèles appliqués à l'ergothérapie ).




Ne pourrions nous pas en tant que thérapeutes dits holistiques, intégrer ces deux lignes pour les faire converger, grâce à des ponts entre ces deux grandes tendance actuelles: utiliser l'activité comme objectif ou comme moyen. (voir Activité ou médiation?). Peut-être cette grande vague actuelle de réflexion sur les modèles applicables ou d'ores et déjà appliqués en ergothérapie, va t-elle nous permettre de nous créer de nouveaux modèles. Je souhaite de tout c½ur qu'ils puissent être pluriels et ne pas s'inscrire dans une pensée unique sous couvert d'une nécessaire objectivation de nos pratiques.



Dans la mesure où il est fondamental de savoir d’où nous parlons, je me dois donc d'indiquer clairement qu'une certaine orientation psycho-dynamique traverse  donc les articles proposés dans ce site. Dans ce site, je propose donc de m'appuyer essentiellement sur
deux grands modèles inter-discplinaires, qui peuvent nous donner des pistes d'analyse de notre métier et de réflexion sur la façon d'être thérapeute:
  • L'héritage de Winnicott, va nous permettre de comprendre comment se constitue l'espace intermédiaire dans lequel tout se joue en ergothérapie (voir  apports de Winnicott )et nous donner des pistes pour être un ou une "bon(ne)" thérapeute. (voir  héritage dans relation thérapeutique) .
  • L'héritage de Freud dont les théories peuvent nous guider dans le monde de l'intra-psychique, avec l'existence de l'inconscient et la théorie de l'angoisse. (voir  apports de Freud )


Ensuite, quelques petits clins d’½il s'imposent, en ce qui concerne ce terme de psycho-dynamique souvent mal compris, quelques remarques en forme de boutade, mais aussi de plaidoyer pour le maintien de cette richesse psycho-dynamique qui se centre sur l'humain et le sujet, plus que sur l'activité et qui se trouve être le second terme de notre définition: spécialistes de l'occupation humaine. Il y a donc du sujet là-dedans...


Premier point : Monsieur Jourdain

Tout comme Monsieur Jourdain, vous utilisez le psycho-dynamique sans le savoir... Et en le sachant, c'est mieux car çà évite quelques "boulettes". En effet, tout ergothérapeute possède un inconscient et s'est construit selon un modèle relativement universel. Tout ergothérapeute tente d'être empathique avec ses patients et de comprendre ce qui se passe dans la relation, au sens de ce que nous pouvons provoquer de par notre attitude. Tout ergothérapeute travaille dans un espace intermédiaire et avec des objets intermédiaires. Winnicott est donc tout à fait légitime comme livre de chevet,même si l'on ne travaille pas en psychiatrie.

Quand à Freud il demeure le "petit" plus de ceux et celles qui veulent approfondir leur travail en psychiatrie, parce qu'ils rêvent la nuit, ou font des lapsus ou qu'ils ou elles ont l'impression d'avoir, quelque part, un inconscient qui les titille...Et si vraiment Freud vous semble un peu vieillot (tout comme ce mot), il vous reste aussi Anzieu et son moi-peau contenant, des petits nouveaux comme Roussillon et son médium malléable ou encore des anciens comme Jung et son inconscient collectif pour le moins étonnant.


Second point: Une paire de lunettes

L'une des confusions les plus tenaces est que se référer au modèle psycho-dynamique consiste à employer des techniques dites projectives. La paire de lunettes que nous fournissent les modèles psycho-dynamiques devrait surtout et avant tout, nous permettre de regarder notre pratique et nos cadres, avant d'essayer d'analyser ou d'interpréter les productions des patients. Une distinction fondamentale, souvent source de confusion est donc à apporter: Il ne faut surtout pas confondre modèle conceptuel et outil thérapeutique.

Analyser notre thérapie sous l'angle psycho-dynamique ne fait pas de nous des psychanalystes. En effet, ces derniers sont les seuls à utiliser réellement un outil thérapeutique psycho-dynamique. Mais il est tout à fait possible d'utiliser des outils plus comportementaux, statistiquement validés ou même des activités de la vie quotidienne avec un regard psycho-dynamique. Ce regard garantit tout simplement, que l'on s'intéresse plus à la profondeur de l'être unique et différencié qu'à une adaptation sociale qui se révèle souvent, plus un besoin de la société qu'un désir de la personne. 


Troisième point : Une boule de cristal 

Une autre question se pose aussi souvent, fruit du fantasme divinatoire autour des productions de patients, vécues comme autant de boules de cristal où nous pourrions projeter nos illusions de savoir et de toute puissance sur l'autre. cette question est : a t-on le droit d'utiliser des techniques projectives? Oui, à condition de s'en donner les moyens. Nul ne nous interdit de nous donner les moyens de déployer des techniques créatives, projectives dans nos ateliers. Mais nous sommes plus souvent habitués à utiliser des techniques manuelles, cognitives, de la vie quotidienne dans des intentions ré-éducatives, voir parfois éducatives. Formations, pratiques personnelles, supervision sont des voies d'approfondissement possibles pour rejoindre cette dimension créative qu'utilisent les art-thérapeutes , les psychologues et les psychothérapeutes à l'état "naturel".




Les écrits de ce site sont la propriété intellectuelle de sa créatrice, Muriel Launois, et n'engagent qu'elle.
Il est possible d'utiliser tout ou partie des élaborations proposées, en citant vos sources.
Merci d'avance d'en respecter l'esprit.




| |
Ergopsy - 2015
Infos légales