Information

Ce site est en constante évolution et lorsque des articles sont en travail, ils sont signalés en début de page....




Accueil » Co-construire des objectifs » Objectifs, intentions et projet de vie

Objectifs de qui?

Objectifs de qui? Zoom sur Objectifs de qui?

Lorsque nous tentons d'établir des objectifs thérapeutiques, trois "protagonistes" sont à prendre en compte. Le patient, l'institution et l'ergothérapeute.
Mais c
omment les projets respectifs de tous ces protagonistes vont-il trouver à ½uvrer ensemble?

Comment aider une personne à définir son projet de vie? Comment pouvons nous prendre en compte et respecter le projet du patient, lorsqu'il est parfois inconnu de la personne elle-même, ou bien encore totalement délirant?

Et ensuite, comment se définissent des objectifs en équipe, avec une ligne conductrice, un état d'esprit, une orientation raisonnablement cohérente?




Projet de vie des patients


Le premier élément dont nous devons tenir compte est l'évolution du modèle social de soin. Celui qui s'affirme de plus en plus est le modèle bio-psycho social, proposant de prendre en compte toutes les facettes de la personne (biologique, psychique et social). La vision globale de la conception du soin évolue de plus en plus vers une vision holistique du patient, intégrant ses facettes psychiques (psycho-affectives ET cognitive), biologiques et sociales, considérant la personne comme un interlocuteur et non plus un objet de soin. Nous sommes donc, comme tous les thérapeutes, intégrés dans ce nouveau courant. (Voir paradigmes et philosophie du soin).

Actuellement nous voyons donc fleurir des thérapies de plus en plus centrées sur le patient, l'être, la personne, avec ses ressources et non plus simplement sa ou ses pathologies. Les somaticiens eux-mêmes, semblent découvrir, à travers la notion d'éducation thérapeutique, la nécessite de faire alliance avec le patient, de le considérer comme un expert de sa maladie, de s'appuyer sur des patients ressources quasi co-thérapeutes. Quelles que soient les motivations de ce type d'évolution (qui semblent parfois un peu trop économiques, comme par exemple le souci de l'amélioration de l'observance thérapeutique), le patient semble revenir au c½ur des thérapies. La notion de projet de vie du patient est donc devenue le leitmotiv des thérapies. Mais qu'en est-il vraiment quand le patient n'a pas la "bonne idée" d'entrer dans les catégories où nous souhaiterions bien le voir décider d'aller?

Le patient, le plus souvent, manifeste, du moins en apparence, un désir de guérir, de façon parfois quasiment magique, et ce désir devient le plus souvent une demande adressée aux thérapeutes, c’est à dire que le ou la patiente se situe comme objet passif, objet de soins. C’est comme s’il se proposait, ( pour les sujets névrotiques du moins), comme lieu où pourrait se dérouler une lutte entre la maladie, vécue comme un élément venu du dehors, et un ou une thérapeute, venu(e) du dehors aussi. Ce désir est souvent sous-tendu de l'attente de revenir à un état antérieur ou d'être débarrassés de ce qu'ils pensent être une maladie, presque extérieure à eux. Cette attente souligne que les patients ne vivent pas ce qui leur arrive comme une occasion d'évolution, du moins pour les personnes névrotiques ou dépressives. Les vécus psychotiques n'entrent pas, bien sûr, dans cette catégorie de symptômes pouvant donner lieu à un changement psychique au sens d'une conscience de soi plus introspective.

Il est donc important pour nous, et pour la personne, de distinguer demande, besoin et désir. Le besoin semble être plus de l’ordre de la pulsion. Il demande, généralement, à être satisfait le plus rapidement possible. La demande de la personne est, souvent, de combler ses besoins à court terme. Le désir est ce qui demande à être entendu, reconnu comme vérité intérieure du sujet, qui peut se différer, s’exprimer sous différents modes. C'est ce désir qui peut donner ou re-donner sens à la vie de la personne. Or cette notion de désir présente souvent la difficulté qu'il avance masqué, qu'il n'est pas toujours si clair que cela pour la personne elle-même et qu'un désir apparent peut en cacher un autre, refoulé, déguisé, inconnu.

Il ne faut jamais perdre de vue non plus, les résistances psychiques au changement des patients, les mises en échec inconscientes, d’eux-mêmes et des thérapeutes. Il est à noter que les objectifs du patient et les nôtres sont rarement les mêmes. Si nos objectifs/intentions sont trop précis ou trop insistants, les personnes peuvent alors, développer des résistances allant à l’encontre d'une évolution possible. Il est important de tenter de se centrer, sur les objectifs du patient ou de la patiente, sur son projet de vie qui doit être le c½ur de la thérapie. Il sera toutefois parfois difficile à la personne de préciser ce projet de vie et l'un de nos objectifs peut-être justement d'aider la personne à mieux définir, nommer, et déployer son projet de vie. Il est également fondamental de se demander si nous sommes vraiment prêts et prêtes à accompagner le patient dans son projet de vie, en le respectant, même s'il n'entre pas dans nos "tiroirs" pré-fabriqués à l'avance.


Il est donc important d'aider les patients à pouvoir nommer, connaitre, définir leur projet de vie. Ce projet est un projet à long terme, comme un horizon à atteindre, qu'il ne fait pas confondre avec les objectifs de thérapie, nécessitant eux, d'être plus modestes. Nous pouvons parler d’objectifs intermédiaires, d'objectifs thérapeutiques plus ciblés, permettant au patient de poser les petites pierres d'un changement progressif, pour qu'il puisse s'orienter vers ce projet de vie qui est, lui, plus ambitieux et sur lequel nous n'avons rien à dire. Ces objectifs intermédiaires, thérapeutiques doivent être négociés avec le patient. C'est à partir de ces objectifs négociés que chaque thérapeute pourra alors proposer une palette d'outils thérapeutiques, cohérents avec le projet du patient et les orientations thérapeutiques du service.



Objectifs institutionnels

Plus que d'objectifs institutionnels, nous pourrions parler d'orientations thérapeutiques du service qui vont déterminer des principes thérapeutiques, en principe communs. Il est important de connaître ces grandes intentions et principes thérapeutiques, valables pour tous les thérapeutes et sur lesquels nous allons baser notre thérapie.  Dans l'idéal, une orientation "raisonnablement" collective devrait permettre d'entrer dans une dynamique collective cohérente. Il ne s'agit pas d'être dans une pensée unique, mais de pouvoir échanger sur nos pratiques lors de réunions institutionnelles (réflexion et analyse de pratiques) où les positionnements de chacun peuvent être décrites et débattues. Les rôles et compétences gagnent donc à être le plus clairement clairement définis, mais nous connaissons tous les glissements de taches et de compétences, en fonction des habitudes de travail institutionnel.

En "psy", nous sommes souvent porteurs de références issues des modèles proposés par la psychiatrie ou la psychologie. (voir modèles conceptuels interdisciplinaires). Nous pouvons regarder nos pratiques thérapeutiques sous l'angle de l'orientation globale de thérapie qui est pratiquée dans l'institution où nous travaillons. En effet, un service dont l'orientation est l'utilisation de la psychothérapie institutionnelle, des TTC ou encore porteuse d'un projet en éducation thérapeutique, n'entrera pas dans les mêmes logiques de soins. De même, travailler dans un milieu intra-hospitalier proposant du soin psychique, dans une institution proposant des hospitalisation de jour où de projets de réhabilitation ou d'autonomie, n'engageront pas les mêmes types d'objectifs institutionnels. 

Lorsqu’une personne est hospitalisée à sa demande ou non, c’est avant tout parce que des symptômes gênants et invalidants pour elle ou pour autrui sont apparus. La première demande est donc d’enrayer, de faire disparaître ces symptômes. Les médicaments, l’éloignement du milieu quotidien et de ce qui peut pérenniser le symptôme, le cadre de l’hôpital, la durée de l’hospitalisation sont autant de facteurs d’action sur cette dimensions du symptôme. Suivant l’âge et la pathologie, cette action sera suffisante, fondamentale, insuffisante, inefficace, etc…Cette demande des patients d'être débarrassés de leurs symptômes semble à priori, légitime, mais dans le domaine de la psy, en dehors des pathologies psychiatriques avérées (psychoses, troubles de l'humeur de type mélancolique) le traitement n'est pas uniquement à visée symptomatique.

Pour les patients déprimés, anorexiques, addictés, névrosés, le soin psychique nécessite aussi un travail sur soi-même, pour se changer et trouver en soi ses propres ressources. Un travail en psychothérapie est donc approprié et peut être proposé en cours d'hospitalisation, pour pouvoir être poursuivi ensuite à l'extérieur, à la sortie de la personne. La psychothérapie peut-être individuelle ou groupale, verbale ou médiatisée. Tous les thérapeutes peuvent y contribuer pour entrer ainsi dans un dispositif de psychothérapie institutionnelle. Selon les institutions, le type de psychothérapie institutionnel sera différent. Il est possible de:

  • Travailler le comportement visible dans le sens des thérapies du Moi, du conscient, dans ses dimensions de volonté et de motivation. Ce sont les  bases des TCC (thérapies cognitivo-comportementales) et des thérapies brèves et pragmatiques, visant à modifier les comportements, à aider la personne à mobiliser ses ressources et à trouver des solutions. 
  • Proposer un soin psychique, au sens des thérapies du Sujet, dans ses dimensions conscientes et inconscientes, va permettre à la personne de travailler sur l'origine de ses symptômes, sur le sens qu'ils peuvent avoir ou à mieux comprendre son fonctionnement intra-psychique pour favoriser un changement interne. Nous y trouverons toutes les thérapies d'inspiration psycho-dynamique (Winnicott et Freud), psychothérapies médiatisées diverses.

C’est donc le dispositif de psychothérapie institutionnelle qui va permettre la compréhension, la mise à jour, la clarification de l’origine des symptômes. Il s’agit là, non plus simplement de les cataloguer et de les éliminer, mais de les analyser. Cette analyse repose sur des expériences multiples et variées, proposées à la personne lors de son hospitalisation. Ce dispositif nécessite des réunions de synthèse pour une mise en commun des informations et une analyse commune de la situation thérapeutique. Idéalement, des supervision personnelles ou groupales devraient être pratiquées. La notion de psychothérapie institutionnelle s’articule autour du patient et de sa psychothérapie, réalisée avec son psychothérapeute (psychiatre, psychologue). D’autres thérapeutes peuvent proposer des voies thérapeutiques différentes, telles que des entretiens infirmiers, des thérapies médiatisées, des groupes de parole, etc…L’ergothérapie peut être l’une des co-thérapies pour un travail autour du soin psychique.
(voir fonctionnement institutionnel)



Les écrits de ce site sont la propriété intellectuelle de sa créatrice et n'engagent qu'elle.
Il est possible d'utiliser tout ou partie des élaborations proposées, en citant vos sources.
Merci d'avance d'en respecter l'esprit.





| |
Ergopsy - 2015
Infos légales