(SE) TRANSFORMER???DECOUVERTESSanté mentale et épilepsiedes livres Des sites à visiter ENSEIGNEMENT Enseigner l'ergo en psyCours IFE NancyCours IFE AlençonMétaphores scolairesMémoiresMémoires ergos Mémoires ergos psychoseCOTE CORPSRelaxation active et hypno-relaxationMoi-peau de D.AnzieuUne pratique intégrativeProcessus thérapeutiquesEnregistrements séancesAutres pratiques Hypnose et douleurLa pleine conscienceNévralgies pelviennesErgo et sommeilPENSER SA PRATIQUE ERGOContextes du soinModèles conceptuels et de pratiquesModèles inter-disciplinairesWinnicott: Ergo? Psycho? Modèles en ergothérapie Réflexions diversesEtre ergo en psyGresmWebinaire santé mentaleLettre oubliéeMéditations personnellesCOTE CLINIQUEC'est quoi la clinique?Histoires ou cas cliniques?Les différentes pathologiesAu cinémaPROCESSUS D'INTERVENTIONPatient centréLes étapesObjectifs et processusMOYENS THERAPEUTIQUESSavoir créer un dispositifRelation médiatiséeCadre thérapeutique Modalités thérapeutiquesActivités et médiationsExpériences potentiellesAnalyses réflexivesJEUX THERAPEUTIQUESConcepts et dispositifContextes-concepts jeuxDispositif ludiqueExp potentielles jeuxWebinaire ANFE 2021Des outils transversauxJeux d'expressionJeux et émotionsJeux et autonomieJeu de la maisonJeux et ressourcesJeux cognitifsMEDIATIONS PROJECTIVESContexte-conceptsDu côté psychothérapieModèles psycho-dynamiquesProcessus thérapeutiquesLa question identitaireSublimationElaboration psychiqueAtelier d'expression Création d'un atelier Médiations projectives Grille d'analyse médiationsDes outils projectifsHistoires de thérapiesDes squigglesArgile vivanteConsignes créativesAtelier d'écriture Les petites bouteillesVIVRE SES EMOTIONSThéories Types de dispositifsCréer un atelier émotionsACTIVITES ARTISANALESConcepts-processusAu coeur du gesteLe FaireLa valorisationFabrication du cadreCréer un atelier artisanalGrille d'analyse d'activitésHistoires senséesEn milieu ferméUn espace thérapeutiqueHistoire d'espacesDes outilsDes objets symboliquesEt le mandala ???COMPETENCES ET RESSOURCESContexte-outilRéhabilitation psy-socialeUtiliser l'expressionAutonomie Création d'un atelierGroupe Autonomie-Projets Compétences Créer un atelierGroupe ressourcesDes expos inclusivesDeltamorphosesExposition virtuelleEDUCATION THERAPEUTIQUEContexte-concepts en ETPEn addictologieHistoire de l'atelierCarnet de routeObésité et TCAEn chirurgie bariatriqueArticle ETP By passFORMATIONS Formations JEUX Formation EMOTIONSAutres professionnels
Information

Ce site est en constante évolution et lorsque des articles sont en travail, ils sont signalés en début de page....




Accueil » Contextes du soin » Différents contextes et courants de soin psychique

Qu'est ce que la réhabilitation psycho-sociale?

Qu'est ce que la réhabilitation psycho-sociale? Zoom sur Qu'est ce que la réhabilitation psycho-sociale?



En ce qui concerne l'autonomie et les ressources de la personne (cognitives, émotionnelles et autres), quels sont les contextes de soin et sur quels concepts pouvons-nous nous appuyer pour pouvoir créer des ateliers, des groupes, des accompagnements individuels ou groupaux?







Une certaine vision du soin
Dans ce domaine de soin c'est le courant de la réhabilitation psychosociale qui peut nous être utile:  «Le projet territorial de santé mentale a pour priorité l’organisation du parcours de santé et de vie de qualité et sans rupture, notamment pour les personnes souffrant de troubles psychiques graves et s’inscrivant dans la durée, en situation ou à risque de handicap psychique, en vue de leur rétablissement et de leur inclusion sociale. A ce titre, il prévoit […] les actions destinées à prévenir la survenue ou l’aggravation du handicap, par l’accès le plus précoce possible aux soins notamment de réhabilitation, et aux accompagnements sociaux et médico-sociaux. »(Décret n° 2017-1200 du 27 juillet 2017 relatif au projet territorial de santé mentale). 

Dans la définition de l'HAS qui parle des : "personnes souffrant de troubles psychiques graves et s’inscrivant dans la durée, en situation ou à risque de handicap psychique" nous voyons que les patients le plus souvent concernés sont les patients psychotiques et schizophrènes, les personnes ayant tendance à "s’enraciner" à l’hôpital, les personnes âgées, les patients souffrant d'incurie, les patients ayant perdu leur autonomie dans leur vie quotidienne, de façon chronique. Les lieux de soins pour proposer une telle orientation,dans les lieux de soins extra-hospitalier, dans des centres spécialisés en réhabilitation et peuvent commencer aussi, en fin d'hospitalisation. 

L’expression réhabilitation psychosociale renvoie à un ensemble de procédés qui vont permettre d'aider les personnes souffrant de troubles psychiques graves à se rétablir, c’est-à-dire à obtenir un niveau de vie et d’adaptation satisfaisant par rapport à leurs attentes. La philosophie qui sous tend cet ensemble de pratiques est que la personne est capable d'évoluer vers son projet de vie choisi. La notion de rétablissement est au c½ur de ce type de pratiques.

Ce nouveau grand courant d'intervention auprès des patients n'est pas réservé aux ergothérapeutes, même si nous sommes très clairement en situation de pouvoir l'accompagner car l'un de nos c½urs de métier est l'autonomie et une meilleure qualité de vie dans tous les domaines de la vie quotidienne, mais la réhabilitation sociale ne se limite pas à cette notion des activités de vie quotidienne. 

Nous retrouvons, le plus fréquemment, une sorte de logique thérapeutique, qui va proposer trois grands niveaux d'intervention, avec différents types d'outils:

  • La psycho-éducation pour les patients et les familles, centrée sur l'acquisition d'un savoir sur les symptômes (livrets éducatifs, vidéos, partage d'expériences, jeu, programmes) pour soutenir leurs capacités à y faire face. L'idée est de co-partager le savoir, pour créer une alliance thérapeutique. Il reste à ne pas oublier la stigmatisation de certaines pathologies, comme la schizophrénie, voire l'auto-stigmatisation.
  • La remédiation cognitive pour agir sur les impacts des troubles cognitifs (exercices cognitifs, consignes entre chaque séance, travail individuel ou de cognition sociale, outils ludiques ou informatiques)
  • Le transfert des acquis de ces démarches, par un accompagnement plus tourné vers la dimension fonctionnelle dans la vie quotidienne, pour aller vers une intégration sociale et professionnelle (en milieu de plus en plus écologique, de façon individuelle ou groupale).
(Voir ici un texte intéressant et un site sur la ré-habilitation)
(Voir aussi l'article du site ergopsy, avec des exemples de groupes de travail  sur autonomie, émotions, ressources et motivation, dans un contexte de réhab)



Concepts
Les concepts interdisciplinaires intéressants à connaitre, à creuser pour pouvoir s'y référer, sont ceux issus des théories psycho-sociales autour de la communication, de la motivation, de l'engagement peuvent nous être utiles. Également un exemple la théorie du flow. Des notions de dynamique de groupe également, pour faciliter l'animation de groupes de paroles, souvent utilisés dans ce type de pratique.

Les modèles conceptuels ergo centrés sur l'activité s’intègrent également facilement dans ce domaine qui semble actuellement s'ancrer de plus en plus dans nos pratiques et demandé par notre société, soucieuse de permettre aux personnes d'être le plus à l'extérieur possible de l’hôpital, même si la société n'est guère encore inclusive et accueillante pour ces personnes.

Un nouveau paradigme de soin se développe aussi de plus en plus, en lien avec ces contexte de soins centrés sur la réhabilitation, c'est la notion de l'empowerment. Cette notion se situe dans le champ du politique, mettant en avant la notion de capacité d'agir d'un individu ou d'un groupe. La première utilisation du terme empowerment semble être issue des États-Unis, au début du XXe siècle. Il est utilisé par les femmes luttant pour la reconnaissance de leurs droits. Puis cette notion va se déployer dans de nombreux autres champs (mouvements pour les droits civiques, politique de lutte contre la pauvreté, management des équipes...). Il s'agit d'aider les personnes à s'orienter vers une démarche participative et collective, préparant peut-être la voie d'une démocratie participative. Nous pouvons constater que le domaine du soin n'échappe pas aux évolutions sociétales. Idéalement, il faudrait donc aider les patients à co-construire un savoir et pas que les thérapeutes transmettent un savoir. (voir ici un article)

Des références aux thérapies collaboratives, coopératives, communautaires peuvent également donner du sens à nos accompagnements. La notion d'inclusion sociale reste aussi à interroger, afin de savoir s'il s'agit vraiment du désir du patient ou des besoins de la sécurité sociale et de la durée des temps de séjour...et la question de savoir si tout le monde peut y avoir accès reste toujours à se poser.




Note personnelle: Dans la partie du parcours patient, il est possible de lire, dans l'article "le patient au c½ur du soin" Vous y verrez que la partie sur la réhab est séparée de la partie de la psychothérapie institutionnelle car ces deux parties ne concernent pas les mêmes patients, les mêmes intentions thérapeutiques et pas toujours les mêmes temps du parcours en termes temporels et de lieux de soin. (hospitalisation en aigu ou en hôpital de jour, CMP ou CATTP). Nous quittons là les zones plus expressives de la psychothérapie institutionnelle qui demeure elle, nécessaire, surtout en milieu intra-hospitalier, pour les patients en demande de travail d'introspection, d'élaboration psychique, de travail intra-psychique de connaissance de soi.

(voir article de CAIRN sur la différence entre ces deux mouvements ou visions du soin que sont la psychothérapie institutionnelle et la réhabilitation psycho-sociale)



Les écrits de ce site sont la propriété intellectuelle de sa créatrice et n'engagent qu'elle.
Il est possible d'utiliser tout ou partie des élaborations proposées, en citant vos sources.
Merci d'avance d'en respecter l'esprit.






| |
Ergopsy - 2015
Infos légales