Information

Ce site est en constante évolution et lorsque des articles sont en travail, ils sont signalés en début de page....




Accueil » Histoire d'espaces » Histoire d'espace

Un lieu à réparer

Un lieu à réparer Zoom sur Un lieu à réparer
2015. Est-il possible de créer un espace thérapeutique dans un lieu de passage? D'emblée la réponse est très clairement non. Il est en effet difficile de proposer un lieu ou se poser et se re-poser, si l'énergie est traversante et mobile. Tout ergothérapeute vous le dira.


Et c'est pourtant la gageure qui a été ainsi proposée à des ergothérapeutes en errance, mobiles et sans salle bien définie, à la suite d'un déménagement un peu chaotique. De nouveaux locaux deviennent le prétexte, réel et fantasmatique, d'une interrogation des rôles et place de chacun et chacune. A cela s'ajoute une histoire, parfois complexe avec les autres soignants (de type qui fait quoi ou), une histoire historique qui pose d'emblée quelques jalons autour de cette expérience, une histoire comme on en traine souvent, dans pas mal de services, tissée des petits conflits du quotidien.


Une salle dite "d'activités" est proposée, au fond de ce service fermé. Elle permet à l'une des ergothérapeutes de proposer des prises en charge individuelles. Cette salle est petite et doit demeurer polyvalente, c'est à dire que d'autres thérapeutes l'utilisent. Il y a un coin cuisine, investit par les infirmiers durant le WE, les AS y déjeunent à midi et des réunions s'y déroulent. Ces conditions de polyvalence de la salle nécessitent un planning d'occupation à la porte et une installation de la salle avant toute séance possible. Un sacré deuil à faire lorsque l'on a connu l'idéal d'une salle personnalisée et installée. Il y a tout de même un placard permettant d'accueillir le matériel servant aux séances d'ergothérapie. Mais la salle est trop petite, toute en longueur, pour s'y installer à plusieurs ergothérapeutes. Il en reste donc une encore en errance...

Une toute petite salle, située à côté de la salle TV et permettant de se rendre à cette dernière depuis la salle centrale du service, n'est guère utilisée, ni investie. Et pour cause, elle est étroite, bruyante (car la salle à manger située à côté, donne par un faux mur à claire-voie sur ce petit espace, ainsi ouvert à tous vents). Même les couleurs sont moches...Une petite phrase, un jour: "Vous ne pourriez-pas investir un peu cet espace, les z'ergos?". Et en particulier un petit meuble très très moche, venant de nos anciens locaux. Il nous faudrait donc réparer le bidule, au nom de notre sens pratique bien connu et de notre tendance naturelle à la réparation, bien connue elle aussi.

Deux choix possibles: Se draper dans une dignité offusquée et réclamer une hypothétique salle qui n'existe pas ou s'adapter. Optimiste, j'ai choisi d'entrer en mode réparation de cet espace moche, de ce mauvais objet institutionnel.

Advienne que pourra.



Les écrits de ce site sont la propriété intellectuelle de sa créatrice et n'engagent qu'elle.
Il est possible d'utiliser tout ou partie des élaborations proposées, en citant vos sources.
Merci d'avance d'en respecter l'esprit.




| |
Ergopsy - 2015
Infos légales