Information

Ce site est en constante évolution et lorsque des articles sont en travail, ils sont signalés en début de page....




Accueil » Dispositif spécifique personnalités états-limites

Dispositif spécifique personnalités états-limites


Moyens thérapeutiques

La relation thérapeutique

  • transferts massifs sur les thérapeutes comme bons et/ou mauvais objet à analyser. 
  • Cohérence du système thérapeutique souvent mis en cause

La médiation

La dimension fondamentale est de permettre une mise en formes et une distanciation des affects, des pulsions. C'est le passage de la pulsion à la représentation. Activités corporelles (se sentir exister), ludiques, manuelles sans visée utilitaire ou de productivité, créatrices et projectives. Ex :argile, écriture. (Voir expériences signifiantes)
  • Expériences perceptivo-sensorielles:
    • Pas de confusion avec la matériau comme dans la psychose
    • Expérimentation des éprouvés sensoriels, expression des éprouvés multiples, aussi bien vécus comme positifs ou négatifs
    • Choix du matériau et techniques pour des expériences pulsionnelles vigoureuses mais sans danger
  • Expériences gestuelles et motrices:
    • Selon les patients, il est possible d'utiliser, dans un premier temps des activités à visée cathartiques utilisant l'expression des pulsions de façon brute : cri, projections de peinture, travail corporel de décharge de la tension musculaire, etc…
    • Activités nécessitant une mise en acte intense, pour utiliser la dimension pulsionnelle (argile, sculpture, papier déchiré) mais respectant les notions de sécurité et de limites, pour canaliser la pulsion
    • Favoriser plutôt les expériences gestuelles extraverties et destructives, mais pour aller progressivement vers des expériences de plus en plus introverties et constructives
  • Expériences autour des fonctions supérieures:
    • Le principe de réalité imposé par matériaux, chronologie, technique etc…viendra permettre une canalisation progressive de la pulsion de destruction
    • L'utilisation des fonctions cognitives simples et complexes (fonctions exécutives) ne pose généralement pas de problème, en tout cas pas en lien avec la pathologie
  • Expériences identitaires:
    • Possibilités d'intégrer en soi des éléments vécus comme positifs ET négatifs. Les activités ne devraient pas avoir une intention esthétique trop marqué par des notions de réussite et d"idéal
    • L'objet demeure dans l'atelier comme porteur d'une expérience de séparation possible
    • Soutenir un projet jusqu’à la fin, en intégrant les échecs potentiels pour étayer un sentiment d'identité moins idéalisé
  • Expériences relationnelles:
    • Difficile de proposer des expériences de création groupale sans risque de clivage bon et mauvais objet, l'autre sera ou tout blanc ou tout noir
    • Éviter les techniques de groupe nécessitant une trop grande proximité physique et psychique
    • Relations interpersonnelles complexes, souvent en terme de recherche d'une personne-béquille
    • Incertitude entre ce qui est vient de soit et d'autrui, par rejet des dimensions vécues comme négatives
    • Possibilité de faire des créations personnelles, puis de les mettre en histoire ensemble
  • Expériences créatives et projectives:
    • Créativité libre et personnelle parfois difficile, mais permettant d'éprouver sa capacité à être, créer, être singulier
    • Projection d'éléments psychiques non reconnus comme appartenant à la personne, s'ils sont vécus comme négatifs
    • Aide nécessaire à l'élaboration psychique et surtout l'élaboration des pulsions de destruction
    • Mise en mots absolument nécessaire

Le cadre
  • Savoir poser, respecter et faire respecter un cadre thérapeutique
  • Référence à la loi, nombreuses transgressions à verbaliser sans rejet, vérification de l'existence d'une limite qui tienne bon
  • Le cadre vient comme lieu de sécurité, ces personnes cherchent au dehors un contour qu’elles ont du mal à trouver en eux-mêmes. Il ne s’agit pas d’une absence d’enveloppe (comme dans la psychose), mais d’une fragilité, d’un flou, d’une incertitude.(ruban de moebius).



Les modalités de thérapie
  • Directivité ou non directivité, confiance dans les capacités de la personne
  • Séances rythmées avec des temps de non action pour favoriser l’introspection et l’élaboration psychique des vécus, frustrations verbalisées
  • Thérapies individuelles sans confusion avec la psychothérapie verbale. Le risque est de favoriser une dépendance thérapeutique, toujours difficile à gérer avec ces personnes
  • Thérapies en groupe où chacun peut trouver sa place. Il est important de souligner l’individualité de ces personnes.



Contre indications
  • Faire ou choisir à la place du sujet et ainsi favoriser la dépendance
  • Utiliser et laisser utiliser l’action pour l’action, comme décharge pulsionnelle
  • Utilisation d’activité de production, de consommation, à visée esthétique.




Ergopsy - 2015
Infos légales