Information

Ce site est en constante évolution et lorsque des articles sont en travail, ils sont signalés en début de page....




Accueil » Grille d'analyse des expériences signifiantes autour de l'écriture

Grille d'analyse des expériences signifiantes autour de l'écriture

Les colonnes sont exploitées différemment, selon qu'il s'agisse de proposer une analyse d’activités dans le cours de l'enseignement ou selon qu'il s'agisse d'analyser les processus thérapeutiques pour une personne en soins.

  • La colonne de la matière est essentiellement centrée sur une analyse artificielle nécessaire à faire surtout dans l'enseignement. Une fois que cette matière est connue, analysée par le ou la thérapeute, cette colonne n'est plus nécessaire à développer, par exemple dans le cadre d'une thérapie ou d'un dossier à renseigner. Elle relève d'un travail de conceptualisation, d'analyse, à faire en amont de la présence du patient. Elle est donc surtout destinée à l'enseignement et à une réflexion préparatoire à un atelier où elle sera proposée.
  • La colonne de l'objet pose la question du sens et du destin de l'objet. Dans l'enseignement, les objets peuvent être personnels ou groupaux et il s'agit donc de commencer à se poser la question du sens potentiel de l'objet. Il ne s'agit ni d'analyser, ni d'interpréter, au sens d'une seule et unique "vérité" mais de se demander ce que l'objet vient mettre en représentation de façon symbolique, métaphorique. Dans le cadre d'une thérapie, il conviendra de ne pas imaginer qu'un ou une autre thérapeute, extérieur au temps de thérapie, pourrait décoder le sens de l'objet. Les ergothérapeutes, à condition de s'en donner les moyens (travail sur soi, expériences ou thérapie personnelle, supervision) sont tout à fait légitime pour aider un patient à entendre le sens de ce qu'il a créé. C'est le patient qui peut entendre, voir, comprendre, analyser, donner du sens à sa production.
  • La colonne centrale de l’action, permet d'analyser ce qui se passe pour une personne ou un groupe durant cette action.Lors d'un travail dans l’enseignement, c'est là que vont se placer les expériences et les ressentis des élèves durant le cours, personnels ou groupaux. Dans le cadre d'une thérapie, c'est principalement les questions posées par cette colonne qui seront retranscrites dans le dossier du patient, centrés sur les processus signifiants qui se sont déroulées durant la séance.



Matière

Action
Objet







Expériences perceptivo-sensorielles



Composantes concrètes
  • Papier : feuilles de différentes couleurs, textures, épaisseur
  • Stylo : différents types d'outils permettant une écriture plus ou moins fine, avec des couleurs variées. L'objet stylo, plume ou autre peut être investi affectivement par la personne
  • Gomme: différentes textures, tailles, formes

Expériences sensorielles: Elles sont plutôt visuelles, voir un peu sonores







Agir sur un certain type de matière va réactiver des traces mnésiques chez la personne.
  • Les vécus autour de l'écriture sont très souvent plutôt scolaires ou professionnels. Il est toutefois possible que la personne ait une histoire plus personnelle avec l'écriture autour du journal intime ou d'une écriture créative
  • Comment la personne entre elle en contact avec la matière papier? Quel type de papier choisi t'elle?
  • L'outil pour écrire est -il personnel? Investi affectivement?


Rapport à la réalité
  • Le texte est un objet en deux dimensions
  • Il est source d'expériences essentiellement visuelles, de contemplation des lettres et de leurs formes
  • Pour décoder le texte, il est nécessaire de ne pas avoir de troubles neurologiques, de déficience visuelle ou de démence



   







Expériences gestuelles et motrices

Gestes nécessaires : gestes fins de préhension du stylo et de traçage des lettres

Type d'expériences:
  • L'écriture va proposer des expériences plutôt liées à la mise en formes organisée
  • La notion de contrôle reste souvent dominante, liée à l'apprentissage scolaire. Il faut souvent utiliser des consignes créatives pour favoriser une écriture plus spontanée
  • Les gestes de l'écriture demeurent plutôt introvertis, sauf à travailler debout ou en grand format
La matière propose t'elle l'utilisation d'outils pour écrire, donc induit une certaine distance
Sur le plan concret:
  • Généralement, toues les personnes, sauf si elles sont illettrées ont une expérience du fait de tracer des lettres, de former des mots
  • Chacun va écrire à sa manière, mais il y a un fond commun de gestes appris, de lettres
  • D'autres activités engageant les mêmes gestes: calligraphie, peinture


Expériences symboliques
L'idée globale de l'écriture est qu'il faut relier les choses entre elles pour leur donner du sens

L'action permet peu de revécu pulsionnel. Les pulsions agressives, vigoureuses ou d'excitation ont assez peu leur place dans ce type d'expression gestuelle, plutôt retenue. Elles vont donc plutôt être canalisées, transformées, exprimées d'une façon sublimée.

 




Les traces et le témoignage de ce qui s'est joué dans le temps de l'action sont tout à fait repérables, à moins d’utiliser une gomme ou un effaceur.

Symboliquement le fait de gommer engage la personne du côté du changement possible, de la perte, du déni, du refoulement, de la négation de facettes d'elle-même qu'elle n'apprécie pas.
       






Expériences autour des fonctions cognitives dites supérieures ou exécutives







La matière nécessite:
  • D'utiliser des outils
  • De prévoir des étapes : il y a un début, un milieu et une fin de texte
  • D'utiliser des fonctions cognitives simples et complexes: mémoire, fonctions exécutives, praxies, gnosies, orientation spatiale, etc...


Apprentissage
  • Généralement, l'apprentissage de l'écriture en elle-même a déjà été fait. Les fonctions cognitives nécessaires sont déjà connues de la personne.
  • S'engager dans un apprentissage à l'écriture (seul-e ou avec quelqu'un d'autre) est une démarche qui va se rapprocher plus de la scolarité et du savoir, que de l'expression personnelle
Exigences techniques de l'activité : il n'y a pas de délais d'attente ou de séchage trop longs. Une organisation est nécessaire. Le rythme peut être personnel ou impulsé par le groupe si l'écriture est collective. 

En termes de possibilité de corriger des erreurs, donc symboliquement de réparer quelque chose, de transformer, l'écriture manuscrite impose des choses particulière. Une fois la trace posée, les lettres écrite, les mots mis en œuvre, il faut barrer, raturer, détruire la feuille ou recommencer.

Une écriture personnelle peut permettre des expériences de prévision, au sens d'une projection dans le futur, si la personne a une idée de ce qu'elle veut écrire. Lorsque c'est groupal, il est impossible de prévoir le sens que va prendre l'histoire




L'objet permet:
  • L'évaluation de ses propres capacités à écrire, mettre en mots
  • L'analyse des résultats risque d'amener la personne à entrer dans un jugement d'elle-même si elle est dans une démarche de réussite
  • Une auto-correction est possible, avec souvent une soumission aux règles extérieurs, soulignée par la question des fautes d’orthographe
  • L'objet révèle un témoignage possible des possibilités de la personne, avec donc des risques de ressentis d'échec ou de difficulté, mais aussi des sentiments de réussite et de plaisir, personnel ou collectif

       







Expériences identitaires


Expériences symboliques

  • Papier: Il va permettre des expériences autour de la fragilité à respecter, d'un espace vierge où peuvent se déployer des mots
  • Stylo : il n'est pas inépuisable...mais peut-être remplacé, rechargé
  • Gomme: il est possible de se débarrasser, plus ou moins efficacement,de certaines choses qui dérangent

La feuille de papier favoriser la distinction du moi et du non moi, ainsi que le stylo. (Sauf quand il bave sur les doigts...)


Il est possible d'utiliser des modèles, au sens de s'inspirer du style de tel ou tel auteur, mais globalement, il ne s'agit pas de copié un modèle pour le reproduire à l'identique. La personne doit donc "trouver son style", trouver sa place personnelle dans l'univers groupal ou trouver comment intégrer les mots des autres.
 



Que peut vivre la personne dans le fait d'écrire:
  • Se sentir actif-active, acteur-actrice
  • Agir sur quelque chose d'extérieur et donc, symboliquement sur elle-même
  • D'investir affectivement un objet
  • De s'affirmer
  • De distinguer son espace personnel de celui de l'autre
  • De se sentir "capable de", valable, utile, etc...
  • D'oublier sa souffrance psychique
  • De s'exprimer
  • Autres...




Un texte écrit peut donner une sentiment de permanence, de continuité de l'objet et donc de soi, s'il n'est pas détruit.

Lors d'un travail thérapeutique en individuel, il est important de se souvenir qu'il est une métaphore de la personne, qu'elle que soit ce qui est écrit. La simple existence de la feuille écrite nécessite confidentialité, respect du désir de la personne de le lire ou pas

Type d'expériences d'identification:
  • En écriture personnel le texte est reconnu facilement comme le sien (sauf état dissociatif), en écriture groupale, le sentiment d'identité devient plus précaire
  • L'objet peut permettre d'éprouver un sentiment de valeur personnel ou groupal
  • Comment cet objet est-il intégré par la personne? A quelle partie de son histoire appartient-il?
       








Expériences relationnelles







Situations d'exercice
  • En situation individuelle, l'écriture peut être libre, avec consigne, avec inductions
  • En situation groupale, le plus souvent la consigne devient plus nécessaire

Cette matière permet-elle une création groupale?

Un partage de la matière est-il possible, nécessaire ou pas?




Dépendance et d'autonomie: les personnes vont pouvoir expérimenter comment elles peuvent être plus ou moins sensibles à l'écriture des autres personnes


Dans le cas d'une écriture groupale, les expériences proposées sont de type coopératives, collaboratives

Repérer quel est le vécu de la personne dans la situation groupale:
  • Est-il possible de vivre des expériences de soutien groupal et de vécus positifs en groupe?
  • Vécu de fusion océanique ou angoisse de perdre son identité?
  • Être en relation avec les autres de façon aisée ou non
  • Aimer être en groupe ou préférer être solitaire 
  • Pouvoir s'affirmer ou rester passif et faire comme les autres
  • Possibilité de conserver et défendre son espace personnel
  • Quels types de vécus personnels cela peut-il réactiver? (activités vécues comme"enfantines"? Scolaires? De loisirs? Professionnelles?)


L'objet est-il personnel ou groupal? Fait dans un groupe mais de façon personnelle, avec par exemple la même consigne ou fait de façon collective?

Il est possible d'identifier et de reconnaitre son écriture personnelle dans la qualité ou la couleur du stylo, voir même d'identifier son style ou de souvenir de ce que l'on a écrit.

En écriture groupale, l'objet a pour intention de créer du lien entre les personnes, et un narcissisme groupal

Destin de l'objet:
  • Un texte personnel écrit peut-être utilisé dans le cadre de la thérapie, sauf si les règles du dispositif intègre le fait que l'objet fini reste dans l'atelier durant le temps de séjour de la personne.
  • Un texte groupal n'appartient à personne et son destin doit être soit défini à l'avance (rester dans l'atelier, être détruit) soit défini en groupe











Expériences créatives et projectives





La feuille blanche peut favoriser la créativité et la projection personnelle et groupale.



Le papier ne supporte pas trop d'erreurs ou de modifications. Il peut renvoyer à l'angoisse de la feuille blanche sur laquelle il va falloir laisser une trace.





Technique ou création :
  • Dimension technique : Elle peut être importante, dans le sens du savoir écrire sur un plan cognitif, si la personne veut écrire quelque chose de cohérent et rationnel
  • Dimension créative : Le fait d'écrire permet l'expression des émotions, de l'inconscient, de l'imaginaire dans le cas d'une écriture libre. En groupe, il s'agira de l'expression d'un inconscient groupal, mêlant les projections de toutes les personnes.

Temps de parole: C'est souvent la parole des autres personnes qui va permettre des découvertes, surtout si la personne a écrit de façon consciente et volontaire. Plus le texte est créatif et poétique, plus la parole pourra être associative, source de découvertes inattendues pour les personnes.



L
e texte est un moyen d'expression


Le texte peut être descriptif, créatif ou symbolique. Il peut faire le lien entre des idées intérieures et le texte externalisé.


L'objet peut être comme un miroir pour la personne ou pour le groupe. Un sens peut-être projeté de façon consciente lors du temps d'écriture et un autre sens peut être entendu lors de la lecture du texte, ou lors des associations d'idées des autres personnes.


Ergopsy - 2015
Infos légales