Information

Ce site est en constante évolution et lorsque des articles sont en travail, ils sont signalés en début de page....




Accueil » Processus névrose obsessionnelle

Processus névrose obsessionnelle


Être
Le sentiment d'existence au monde, d'être séparé et différencié, le narcissisme primaire n'est pas atteint. Toutefois, les rituels peuvent parfois devenir si envahissants et figés tellement la vie du sujet, que l'éprouvé et les perceptions qui donnent saveur à la vie peuvent être fortement inhibés. Il faut remarquer à quel moment la dimension perceptive, la richesse des sens est retrouvée ou non. Il est important de noter aussi, si la personne est sensible ou non à l’effet du groupe, si des identifications positives sont possibles, si la personne s’intègre ou non dans un groupe, tolère la différence, peut entrer en relation, être en confiance, etc….


Le Faire
L’action est entravée par le doute. Lors de l’accueil, il est difficile, voire impossible de proposer des choix thérapeutiques à ces personnes. Il est important de noter l’évolution de l’autonomie possible dans les choix, les décisions, les positionnements.Les rituels peuvent apparaître ou non et gêner l'action. Elle peut être aussi entravée par la méticulosité et le besoin de contrôle, le désir de perfection. Pour agir, il faut aussi pouvoir choisir.

Le Faire va souvent renvoyer la personne à des notions de compétition, de réussite personnelle et donc à des sentiments d'échec. Proposer une thérapie par l'action à des personnes dont les capacités d'action sont comme figées par le doute, reste compliqué. L'écoute musicale ou les thérapies corporelles sont souvent plus faciles à utiliser. Pour certaines personnes, le Faire va au contraire, leur permettre de ne pas penser et les soulager.


(Se)transformer
En termes de changement de type intra-psychiques profonds, proposés à partir d'une introspection ,(verbale en psychothérapie ou concrète en ergothérapie), reste un chemin compliqué voir impossible. La pensé est en effet, le lieu même où se déroule le symptôme invalidant et il n'est donc pas possible d'utiliser la pensée de façon introspective. Le risque est de confronter la personne à une pensée qui va tourner à vide, de façon répétitive et en boucle sur ce qui lui pose problème. Le processus de symbolisation s'est vidé de la dimension mystérieuse du symbole au profit du signe, clair et défini dans sa signification. Tout est saisi, compris, expliqué.

Les traits de caractère anal et les obsessions idéatives, sont présents dans le discours. Ces sujets auront plutôt tendance à expliquer, rationaliser, chercher des explications à tout et surtout à tenter de contrôler leurs affects. Le discours sera sec, neutre, aseptisé, logique. Une évolution demeure possible, mais limitée. L'expression des sentiments et des émotions sera à favoriser. L’espace intérieur est souvent très défendu, assez clos et peu accessible aux dimensions de l’imaginaire. Il est important de remarquer si ces personnes peuvent "se lâcher" un peu, se laisser aller, jouer avec les matériaux ou pas.



Fin de la thérapie et sortie

  • Les TOC, troubles obsessionnels compulsifs: anti-dépresseurs sérotoninergiques, accessibles à des thérapies comportementales de type TCC. La psychothérapie suivant l’âge et les capacités d’introspection
  • Les thérapies médiatisées à prolonger: assouplissement des défenses, enrichissement de l’imaginaire, occupation, plaisir et jeu à prolonger durant un long laps de temps avant que cela soit réellement intégré.
  • Hospitalisations fréquentes lorsque le trouble devient invalidant au quotidien et source de désinsertion sociale et professionnelle.


Ergopsy - 2015
Infos légales