A ne pas manquer !!!!!Enregistrements séancesMEMOIRES et PROJETSWebinaire Jeux ANFEExposition virtuelleAppel à projetQuestionnaires ergoMémoires ergos Mémoires ergos psychoseENSEIGNEMENT Enseigner l'ergo en psyCours IFE NancyMétaphores scolairesPENSER SA PRATIQUEEtre ergo en psyGRESM et livre blancMéditations personnellesModèles conceptuelsSoin/thérapie psychique Côté psycho-dynamiqueModèles en ergothérapie DISPOSITIF THERAPEUTIQUEPourquoi et comment? Relation thérapeutiqueCadre thérapeutique Fonctions du cadreModalités thérapeutiquesActivités et médiationsAnalyses réflexivesAnalyses de pratiques Analyse d'activitésAnalyse d'ateliersStructurer la thérapieDispositif institutionnelProcessus d'interventionDonner du sens Objectifs ou processus? Co-construire des objectifsProcessus thérapeutiquesCLINIQUEHistoires ou cas cliniques?Structures et personnalitésPathologiesAu cinémaEn addictologieLettre oubliée Addictologie et ETPAtelier d'écriture DES PRATIQUESJouer Cadre et analysesExpression Des squigglesCompétencesEmotionsAutonomie Jeu de la maisonVivre ses émotionsThéories Des pratiques en PsyEn chirurgie bariatriqueTrouver ses ressourcesUne non demandeRéhabilitationGroupe Autonomie-Projets DeltamorphosesEn milieu ferméUn espace thérapeutiqueHistoire d'espacesCOTE CORPSUne pratique intégrativeModalités et indicationsProcessus thérapeutiquesLa pleine conscienceFORMATIONS Formations ANFE Formation IFE NancyAutres professionnelsDECOUVERTESA lire, à découvrirDes sites à visiter
Information

Ce site est en constante évolution et lorsque des articles sont en travail, ils sont signalés en début de page....




Accueil » Cadre thérapeutique » Fonctions du cadre

Transitionnalité

Transitionnalité Zoom sur Transitionnalité
Une analyse de notre pratique nous est permise par WInnicott avec son concept de transitionnalité. L’intérêt de ce modèle peut même se révéler pertinent, dans une lecture de l’ergothérapie, dans tous les domaines. Cette lecture de notre pratique peut être transversale à des pratiques pourtant fort diverses et tous les ergothérapeutes travaillent un espace intermédiaire et utilisent, en le sachant ou non, cette notion de transitionnalité.

Nous allons donc revenir aux origines du concept de transitionnalité pour voir comment il peut s'appliquer à la situation en ergothérapie. D'une part, l'atelier vient comme un espace intermédiaire entre l’hôpital et l'extérieur, dans la mesure où un atelier est souvent vécu comme un espace autre que médical; et d'autre part comme un espace potentiel où les patients vont pouvoir jouer, créer ou bricoler et donc retrouver leur espace transitionnel personnel.


Aux origines

Winnicott développe 3 instances pour expliquer la transionnalité: l'objet transitionnel, l'espace transitionnel et les phénomènes transitionnnels.

  • L'objet Dans la relation d'objet expliquée par Freud, l'objet d'amour est d’abord partiel, (corps et objet confondu), puis fonctionnel et enfin transitionnel. L'objet transitionnel a été largement développé par WInnicott, comme le fameux doudou, qui vient représenter la mère en son absence et permet à l’enfant de supporter la frustration. Il protège l'enfant de l’angoisse de séparation et reçoit les projections de ses sentiments. (colère, peine, souffrance). L'objet est symbolique de la relation à la mère et doit résister à tout...Il faut se souvenir que ce n'est pas forcément un seul objet élu, c’est l’utilisation qui est transitionnelle, pas seulement l’objet.
  • Les phénomènes Progressivement le jeu avec cet objet transitionnel ou les phénomènes transitionnels,(gazouillis, chansons, pouce, etc…) qui sont des expérimentations actives et qui doivent être suffisamment répétées pour être intégrées, vont permettre à l’enfant de se sentir distingué : c’est la distinction moi et non moi. Pour le sujet, il existe alors, dans le meilleur des cas, un espace intérieur psychique personnel et un espace extérieur, les deux étant clairement différenciés. Ce stade n’est pas dépassé par les personnes présentant une psychose, au sens où la distinction de leur moi n’est pas élaborée de façon efficiente. (Fin du stade oral).
  • L'espace Entre l’espace intérieur et la réalité extérieure, se trouve une frange intermédiaire, issue de l’évolution psychique du petit enfant: l'espace transitionnel.
    • Il se situe entre la fin du stade oral dit objectal et le stade anal et permet une première étape d’individualisation grâce aux frustrations et repli de la mère.
    • C'est un espace virtuel, subjectif et non pas psychique. A ne pas confondre avec une période, un temps.
    • C'est une frontière entre monde du dedans et du dehors qui les maintient à la fois reliés ET séparés. Cet espace transitionnel est un lieu de repos aidant l'individu à maintenir à la fois séparées et reliées, la réalité intérieure et la réalité extérieure.
    • Cet espace de repos se prolonge dans l'aire de jeu de l'enfant puis dans l'aire de création de l'adulte. Il peut être acquis ou perturbé (psychose), et utilisé de façon plus ou moins riche, personnalisée, créative.


L'espace intermédiaire en ergothérapie


L’espace transitionnel est donc une aire de jeu potentielle, qui va se retrouver ensuite dans les aires culturelles et créatives de l'adulte. Cet espace transitionnel est acquis et intégré pour la plupart des individus, sauf pour les personnes psychotiques, pour qui la distinction du moi et du non moi est très difficile . Mais comment cet espace transitionnel personnel, plus ou moins acquis, intégré, pourra t'il trouver un écho et un étayage dans l'atelier d'ergothérapie?


L'atelier comme espace intermédiaire
Le cadre thérapeutique permet l’existence d’un espace intermédiaire, espace de jeu, héritier de l'espace transitionnel. Toutefois, l’espace de l’ergothérapie n’est pas à confondre avec l’espace transitionnel de l’enfant décrit par Winnicott. C’est dans cet espace intermédiaire qu’une relation thérapeutique va pouvoir s’établir, car il s’agit, en ergothérapie, d’utiliser une relation médiatisée.

La connaissance de l’espace intermédiaire, comme héritier de l’espace transitionnel, qui sépare ET relie à la fois, le dedans et le dehors, nous aide à penser nos cadres thérapeutiques, leur ouverture et fermeture, leur sas, leurs filtres, leur disposition, etc… et notamment tout ce qui se situe à la frontière: les passages entre dedans et dehors, moi et non moi, peuvent être analysés à la lueur de cette théorie. Dedans et dehors de soi-même, de la salle d’ergothérapie, de l’hôpital, etc…(pour approfondir voir dedans-dehors)

C’est donc la théorie de Winnicott qui permettra le plus facilement de comprendre l’entre deux, l’espace intermédiaire , cet espace ni tout à fait du dedans ni tout à fait du dehors, qui fait lien et séparation. C’est dans cet espace que vont se projeter des éléments intra-psychiques et c’est de lui que repartent des éléments issus de l'extérieur qui peuvent être intériorisés, introjectés dans le meilleur des cas, où incorporés en cas de pathologie de type psychotique. Cette notion d'entre deux est à entendre dans ses deux dimensions de l'entre-deux, qui sépare et qui relie.

En ergothérapie, c'est l'atelier lui-même qui devrait se proposer comme un espace intermédiaire, entre hôpital et extérieur, cadre spatial et temporel, lieu de sécurité référé à la loi. Ce lieu, idéalement contenant et confidentiel, se propose comme lieu d'expérimentation, où vont se dérouler les processus thérapeutiques. C'est grâce aux qualités de cet espace que le patient pourra alors, retrouver un espace intermédiaire personnel plus efficace. 


L'espace transitionnel personnel
Pour des personnes psychotiques, l’espace transitionnel n’est pas acquis. En ergothérapie, il conviendra de garder cela à l’esprit durant la thérapie. Le cadre thérapeutique va, dans ce cas, étayer de l’extérieur, un espace transitionnel non acquis. C’est donc à l’ergothérapeute, sans cesse, d’assurer une mise en lien pour favoriser une distinction dedans-dehors que le patient ne peut assurer par lui-même. C'est dans cet espace intermédiaire que vont pouvoir se jouer et se re-jouer des situations permettant des expériences thérapeutiques. La distinction entre dedans et dehors est donc le travail fondamental à assurer, en assurant à la fois le lien entre dedans et dehors et la distinction entre ces deux espaces. L’espace intermédiaire, héritier de l'espace transitionnel, sépare et relie, le dedans et le dehors de soi-même.

Pour des sujets névrotiques ou dépressifs, le cadre de l’ergothérapie va devenir un espace de jeu. Cet espace créatif potentiel est l'héritier de l'espace transitionnel de Winnicott, au sens où c'est dans un tel espace de jeu que vont pouvoir se déployer à nouveau, les capacités du sujet à redonner vie, sens et dimension créative à sa vie. L’expression créative libre est favorisée par l’existence de cet espace sécurisant et favorisant la rêverie, la découverte, l’insolite, la nouveauté. La libération de l’imaginaire devient possible, et favorise la découverte du moi. Il y a création d'une atmosphère ludique, d'un espace différencié de l'hôpital et d'un lieu sécurisant où sont protégés patients et créations. (voir Winnicott et la  transitionnalité ).    




Les écrits de ce site sont la propriété intellectuelle de sa créatrice et n'engagent qu'elle.
Il est possible d'utiliser tout ou partie des élaborations proposées, en citant vos sources.
Merci d'avance d'en respecter l'esprit.





| |
Ergopsy - 2015
Infos légales