Discussions
Forum
DECOUVERTESA ne pas manquer !!!!!Exposition virtuelleErgo et sommeilA lire, à découvrirDes sites à visiter COTE CORPSEnregistrements séancesUne pratique intégrativeProcessus thérapeutiquesHypnose et douleurLa pleine consciencePENSER SA PRATIQUEEtre ergo en psyGRESM et livre blancMéditations personnellesModèles conceptuelsSoin/thérapie psychique Côté psycho-dynamiqueIntéret d'un tel modèleApports de WinnicottApports de FreudApports de R.Roussillon Apports de D.AnzieuApports de Mélanie KleinModèles en ergothérapie ENSEIGNEMENT Enseigner l'ergo en psyCours IFE NancyMétaphores scolairesMémoiresMémoires ergos Mémoires ergos psychoseQuestionnaires ergoDISPOSITIF THERAPEUTIQUEPourquoi et comment? Relation thérapeutiqueCadre thérapeutique Activités et médiationsAnalyses réflexivesAnalyses de pratiques Analyse d'activitésAnalyse d'ateliersStructurer la thérapieDispositif institutionnelProcessus d'interventionDonner du sens Objectifs ou processus? Co-construire des objectifsProcessus thérapeutiquesCLINIQUEHistoires ou cas cliniques?Structures et personnalitésPathologiesAu cinémaEn addictologieLettre oubliée Addictologie et ETPAtelier d'écriture Obésité et TCAEn chirurgie bariatriqueArticle ETPDES PRATIQUESJouer Cadre et analysesExpression Des squigglesRessources-compétencesEmotionsAutonomie Jeu de la maisonWebinaire ANFE 2021Vivre ses émotionsThéories Des pratiques en PsyRéhabilitationGroupe Autonomie-Projets Groupe ressourcesDeltamorphosesEn milieu ferméUn espace thérapeutiqueHistoire d'espacesFORMATIONS Formations JEUX Formation EMOTIONSAutres professionnels
Information

Ce site est en constante évolution et lorsque des articles sont en travail, ils sont signalés en début de page....




Accueil » Côté psycho-dynamique » Apports de Freud

Intérets en ergothérapie

Intérets en ergothérapie Zoom sur Intérets en ergothérapie


Pourquoi aller du côté de Freud pour comprendre ce qui se joue en ergothérapie? Le premier réflexe des élèves, mais aussi de bien d'autres personnes, consiste à dire que nous ne sommes ni psychologues, ni psychanalystes. Et ils ont bien raison. Ces thérapeutes utilisent des thérapies verbales, utilisant l'expression de soi par la parole comme moteur principal, voir unique, de leur thérapie. Nous n'utilisons pas des outils thérapeutiques uniquement verbaux, mais des activités/médiations thérapeutiques.

Et ces médiations, si nous souhaitons les déployer dans leur dimension d'expression de soi (voir Activité ou médiation?) nécessitent que nous nous penchions un peu plus avant sur les fonctionnements intra-psychiques. Et nul, mieux que Freud et ceux qui l'ont suivi ensuite, ne peut nous donner des pistes de compréhension de la construction progressive d'un individu, de son narcissisme primaire et secondaire, de la façon dont l'angoisse va envahir nos patients ou de des notions de désir et d'inconscient.



La construction identitaire

la théorie psycho-affective de Freud peut nous offrir des pistes de réflexion et de compréhension d'éléments nécessaires à notre métier, sans quoi de nombreux "échecs" thérapeutiques, de nombreuses incompréhensions peuvent voir le jour dans notre thérapie. Les conceptions freudiennes sont centrées sur l'individu et son espace intérieur psychique. C'est dans cet espace interne que se situent les contenus intra-psychiques.

Permettre à une personne de se sentir sujet et acteur de sa vie, nécessite un travail de distinction, de re-construction, de consolidation, d'affirmation du Moi. Le modèle conceptuel psycho-dynamique va pouvoir nous apporter des éclairages indispensables sur la construction du moi. Les notions de narcissisme primaire et de narcissisme secondaire issues des théories Freudienne, peuvent nous aider à conceptualiser l’intérêt de notre métier. Cette différence entre sentiment d’exister (narcissisme primaire) ou sentiment d’avoir une valeur (narcissisme secondaire) nous permet aussi de comprendre la problématique identitaire de la psychose.

L'apport de Freud nous permet donc de situer clairement notre thérapie comme une thérapie psycho-affective de la personne, prenant en compte cette dimension de l'espace intérieur et peut nous donner des pistes très concrètes pour orienter nos intentions thérapeutiques:

  • étayage de la construction du moi dans la psychose
  • élaboration des pulsions et de l'angoisse dans la psychose et les état-limites
  • élaboration psychique des conflits intra-psychiques dans la névrose, travail au niveau des mécanismes de défense.


Le sujet, son inconscient et son désir

La théorie de Freud nous offrira tout d'abord, la compréhension que ce qui semble se jouer à un niveau conscient et volontaire, est en fait issu d'un niveau inconscient. C'est à dire qu'il faudra considérer que ce qui se passe en visible n'est que la concrétisation de ce qui se passe dans la partie inconsciente de la personne. Néanmoins, il ne s'agit pas d'interpréter en lieu et place du sujet, mais de l'aider à devenir sujet de sa propre parole, de son désir.

Notre thérapie médiatisée, même si elle permet de faire émerger des éléments de l'inconscient, ne permet pas de les traiter à la façon de la psychanalyse, centrée sur la dimension du désir, des rêves et du lien entre conscient et inconscient. Toutefois, il est possible, même en ergothérapie, de permettre une projection de l'inconscient de la personne. Pour que l'inconscient puisse s'exprimer librement, il faut un cadre thérapeutique contenant et permettant la confidentialité, une animation non directive, des activités ne nécessitant ni apprentissage technique, ni modèles à, reproduire, un nombre de séances suffisants et un(e) thérapeute ayant lui-même mis un peu au clair son propre fonctionnement psychique.

Même s’il ne nous est pas possible de décoder ces messages inconscients ou d'agir dessus, il sera déjà fort intéressant de savoir « d’où çà parle » et de ne pas « prendre des vessies pour des lanternes ». Ainsi, il ne faut pas croire que la simple explication d'un comportement nocif pourrait suffire à le changer. Le discours du patient et surtout son symptôme , sont essentiellement métaphoriques. L’attaquer de front pour le faire disparaître est une sacrée gageure dont nous sommes loin de sortir toujours vainqueurs. Savoir que la plupart de nos actes, pensées, réactions, désirs, besoins, etc...proviennent de notre inconscient est important pour permettre au patient de se mettre à l'écoute de ce qui se joue dans une activité.

Néanmoins, il ne faut pas perdre de vue que notre thérapie ne se propose pas d’œuvrer dans les méandres de l'inconscient de la personne, au sens de la psychanalyse. Celle qui se propose d'utiliser la parole et les associations d'idées, le travail sur les rêves ou l'analyse de la situation transférentielle et contre-transférentielle. Notre pratique est, plus souvent, plutôt adressée au moi du patient que nous allons tenter d'aider à trouver de nouveaux modes de gestion de l'angoisse.



Angoisse, mécanismes de défense et mentalisation

Freud va pouvoir nous aider à comprendre les mécanismes de formation de l'angoisse, grâce à ses deux théories de l'angoisse. L'une est centrée sur la notion de perte de représentation et l'autre sur les conflits intra-psychiques. (voir théories de l'angoisse). Selon la lecture que nous aurons donc de l'angoisse nous pourrons proposer des pistes thérapeutiques distinctes: 

  • L’utilisation de médiations thérapeutiques à visée de mise en représentations concrètes de l'énergie libre de l'angoisse. Cette énergie de l'angoisse va ainsi pouvoir s'inscrire dans des représentations extérieures concrètes qui pourront donner forme à ce qui n'était pas représentable, pas symbolisable dans le psychisme. Ce mouvement de projection se complète d'une introjection, c'est à dire de l'intégration en soi d'expériences signifiantes (gestuelles, motrices, créatives, relationnelles, perceptivo-sensorielle, projectives, identitaires) et qui vont permettre à la personne de mettre en lien objets internes et externes. (psychose et état-limites, addictions) 
  • L'utilisation de médiations thérapeutiques à visée projectives, c'est à dire proposant des médiums flous et malléables, très facilement transformables, va permettre à la personne de projeter les conflits intra-psychiques qui sont à l'origine de l'angoisse, dans la matière. Ces techniques nécessitent d'aboutir à une mise en mots de type introspective. C'est la dimension d'introspection concrète de l’ergothérapie. (névroses et TCA)



Modalités thérapeutiques

Dans la relation thérapeutique, les théories freudiennes nous offrent des pistes concernant:

  • La notion de loi et de castration pour poser un cadre thérapie. (voir règles et loi dans le cadre en thérapie ).
  • Les notions de transfert et contre transfert servant à comprendre la relation thérapeutique. (voir transfert dans la relation thérapeutique).




Les écrits de ce site sont la propriété intellectuelle de sa créatrice, Muriel Launois, et n'engagent qu'elle.
Il est possible d'utiliser tout ou partie des élaborations proposées, en citant vos sources.
Merci d'avance d'en respecter l'esprit.




| |
Ergopsy - 2015
Infos légales