Information

Ce site est en constante évolution et lorsque des articles sont en travail, ils sont signalés en début de page....




Accueil » Objectifs troubles bipolaires

Objectifs troubles bipolaires


Les objectifs des patients
La priorité doit toujours être donnée aux objectifs des patients. Cela nécessite un accueil de la personne pour déjà entendre, non pas ses problèmes ou sa pathologie, mais pour entendre sa parole, son projet de vie, son intention principale, ses désirs. Seulement ensuite, nous pourrons proposer des pistes de travail et négocier des objectifs intermédiaires permettant d'aller vers le projet de vie de la personne. Il est important de ne pas considérer ce qui lui arrive comme un problème que nous devrions nous résoudre (à sa place) mais comme une occasion de changement possible, d'évolution et d'intégration de ses difficultés. Pour chaque personne il faut donc envisager un projet unique. Lors d'un enseignement toutefois, nous sommes obligés de réfléchir dans des termes plus généraux et globaux, et en termes de pathologie, sans perdre de vue que cela reste artificiel. Les objectifs des personnes présentant des troubles bipolaires sont liés à des constats particuliers:
  • Inconscience des troubles (état maniaque)
  • « Préférence » des patients pour les épisodes maniaques, souvent bien vécus et regrettés
  • Désir de mort réel et grave dans la mélancolie
  • Non désir de guérison (mélancolie délirante avec culpabilité)


Principes thérapeutiques institutionnels/globaux

Action sur le symptôme

  • Hospitalisation : Protéger la personnes des actes irresponsable qu’elle peut commettre (Etat maniaque) Soulager la souffrance psychique intense, évaluer le risque vital et prévenir les risques de tentative de suicide généralement graves
  • Traitement Thymorégulateur, sismothérapie
  • Groupes de psycho-éducation concernant les symptômes, leur survenue, les modes de gestion à employer
Action à visée psychodynamique
  • Renforcement du sentiment d’identité personnel, différencié du trouble bipolaire, car souvent sentiment d’une maladie sur laquelle la personne n’a pas de prise
  • Psychothérapie de soutien si trouble de la personnalité sous-jacent


Objectifs en ergothérapie
Les objectifs spécifiques en ergothérapie s'organisent autour de deux grandes lignes: le soin psychique, incluant un travail soit plus sur le comportement visible soit plus autour du fonctionnement intra-psychique et la réhabilitation; incluant la qualité de vie de la personne, son autonomie et ses habiletés sociales.


Accès maniaque
Il est très difficile de travailler en ergothérapie avec des personnes en état maniaque. En effet, l’utilisation d’activités peut renforcer l’état d’excitation psychique de la personne. Il est cohérent d’attendre l’effet du traitement médicamenteux. Il devient alors possible de proposer une thérapie , le plus souvent en individuel. En effet, le groupe est également un élément d’excitation potentiel, ainsi que de trop grands espaces. De même, la non directivité risque de précipiter la personne dans une sur consommation technique ou créative, sans retenue.

La relation doit être ferme et empathique. Les séances seront courtes. Les médiations devront être simples, sans trop de difficultés techniques pour ne pas mettre la personne en échec. Il faudra, dans un premier temps proposer des activités légères, aisées, non contraignantes. Un excès de choix dans les activités peut être également source de dispersion pour ces personnes en tachypsychie. (Accélération des processus psychiques). Le cadre, la relation, les médiations iront dans le sens d’une tentative de canalisation des pulsions libérées, tout en sachant que ce sont les traitements qui seront efficaces et que nous pourrons juste tenter de contenir et de ne pas déborder les capacités de la personne, en proposant trop de stimulations.


Accès mélancolique
Une surveillance attentive des risques suicidaires est à mettre en œuvre. Le sentiment de dévalorisation et d’incurabilité rendent la thérapie très difficile par absence de demande quasi totale. En fin de séjour, lorsque la personne va mieux, il est, parfois possible, de rejoindre les objectifs d’un syndrome dépressif.

Sous l'angle psycho-affectif
  • Etayage vigoureux nécessaire pour une reconstruction narcissique, alternant, présence thérapeutique fiable et continue, soutien, réassurance, surveillance des risques suicidaires.
  • Renforcer le sentiment d’existence, de reconstruction narcissique primaire et secondaire.
  • La dimension du respect du non faire est à interroger, car ces personnes risquent de demeurer longtemps à ne rien faire si l’on demeure dans une position attentiste.
  • La dimension de la créativité, surtout en non directivité peut être difficile voir impossible à aborder.


Sous l'angle groupal
  • Il s’agira moins d’utiliser la dimension de la dynamique de groupe que de proposer des stimulations par la co-présence.
  • Il faut noter aussi que le retrait présenté par ces personnes, refusant tout contact et ne demandant rien, peut poser un problème dans le groupe.
  • Risque de rejet, ou de sur-stimulations par les autres personnes.
  • L’individuel est souvent préférable en début de thérapie.


Sous l'angle de l'amélioration de la qualité de vie
  • En seconde intention type CATTP, à long terme
  • Restauration des intérêts anciens, des loisirs, des techniques déjà connues.
  • Découverte et apprentissage d’activités nouvelles
  • Découvrir et restaurer la dimension de la créativité dans sa vie

Sous l'angle cognitivo-comportemental
  • Cette dimension risque de renvoyer les personnes à un sentiment d’échec en les mettant en situation d’échec, d’entraînement, de stimulations, autant de situations risquant de placer la personne plus en difficulté qu’autre chose. Ni bilans, ni ré-éducation.






Ergopsy - 2015
Infos légales